Cameroun : Le fils de Yves Michel FOTSO porte plainte contre un gendarme – 12/06/2015

Yves-Michel FOTSO | Archives / DR
Yves-Michel FOTSO | Archives / DR

Mikael Fotso, l’un des enfants d’Yves Michel Fotso accuse le commandant de la brigade des recherches de Bonanjo d’ « arrestation arbitraire ».

Le 8 juin dernier, Mikael Yul Fotso, assistant de direction à Ekita group, une société appartenant à Yves Michel Fotso, son père, a adressé une lettre de dénonciation au secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie nationale, Jean-Baptiste Bokam. Une correspondance dans laquelle il dénonce « les agissements du commandant de la brigade des recherches de la gendarmerie  du Littoral à Bonanjo, pour abus d’autorité, arrestation et détention arbitraire ».

Cette plainte de Mikael Fotso intervient après son arrestation le 1er juin dernier par les éléments de cette unité de la gendarmerie au siège de Ekita group à Douala. « Pas une seule fois, ni l’enquêteur, ni son commandant ne m’ont parlé de mes droits ! Ils n’ont même pas daigné me proposer d’appeler un avocat si je le souhaitais. A aucun moment je n’ai eu le droit de prendre connaissance de la prétendue plainte dont se prévalaient les gendarmes. Ils m’ont mis en garde à vue jusqu’à environ 20h. Après plusieurs heures de garde à vue passée parmi les brigands, les conditions dans lesquelles ils m’ont remis en liberté ont été les mêmes que celles de mon interpellation ; c’est-à-dire sans aucune explication, sans être plus informé qu’à mon arrivée sur les raisons ou éléments déclencheurs de tout ce que je venais de subir », écrit Mikael Fotso.

Il poursuit : « Monsieur le ministre (Jean- Baptiste Bokam, Ndlr), c’est avec une grande indignation du fait du comportement des éléments dépendant de votre corps militaire que je vous adresse cette dénonciation. Le préjudice causé à ma personne est physique mais aussi moral. Comptant sur votre important sens du respect de l’éthique dans la gendarmerie nationale et votre volonté toujours affirmée de protéger les usagers contre des pratiques arbitraires des forces de l’ordre sous votre autorité », affirme Mikael Fotso, irrité. Le 1er juin 2015, deux gendarmes de la brigade des recherches de Douala débarquent au siège de la société Ekita group.

Ils demandent à accéder dans les locaux techniques où se trouvent les installations de plomberie. Mikael Fotso, seul responsable en place à ce moment-là s’y oppose, arguant n’avoir pas reçu un accord de sa hiérarchie pour permettre cet accès. Face à ce refus, Mikael Fotso est conduit à la brigade des recherches de Bonanjo où il est placé en garde à vue. Cette intervention de la gendarmerie fait suite à une plainte de la Commercial bank of Cameroon (Cbc) contre Ekita group. En effet, la Cbc a son siège dans un immeuble situé à Bonanjo à Douala, dont Ekita group est le propriétaire. Cette dernière a décidé de suspendre l’alimentation en eau suite aux arriérés de loyers (2, 2 milliards FCfa) dus par son locataire, la Cbc. Celle-ci pour sa part, depuis mai mai 2015 conteste à Ekita group la paternité de l’immeuble dont il s’agit.

Source : © Le Jour

Par Eitel Elessa Mbassi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz