Cameroun : Le CIDIMUC et l’IAI liés par une convention

Le CIDIMUC et l’IAI-Cameroun liés par une convention | Photo CIDIMU / Illustration
Le CIDIMUC et l’IAI-Cameroun liés par une convention | Photo CIDIMU / Illustration

L’Institut Africain d’informatique (IAI) forme le clergé musulman réunis autour du Conseil des Imams et dignitaires musulmans du Cameroun (CIDIMUC).

En cette année 2016, des imams seront formés en informatique pour savoir saisir, imprimer et envoyer leurs sermons par voie électronique. Mieux, des femmes et des filles de la communauté musulmane seront initiées à l’utilisation des Ntic. C’est en tout cas, les termes de la convention qui lie l’Institut Africain d’informatique (IAI) et le Conseil des Imams et dignitaires musulmans du Cameroun (CIDIMUC) et dont Camerpost a eu copie.

« Grace au concours de l’IAI avec lequel le CIDIMUC a signé une convention, les Imams ont commencé à s’initier à l’outil informatique. Deux groupes d’Imams ont déjà été formés à Yaoundé et à Douala. Les sessions de formation vont se poursuivre en intégrant la gente féminine. A l’heure actuelle, les premiers formés savent saisir, imprimer et même envoyer leurs sermons par Email, ce qui est un réel motif de satisfaction pour nous », se félicite Moussa Oumarou, coordonnateur général du CIDIMUC, au cours d’un point de presse. Point de presse au cours duquel a pris part Armand Claude Abanda, le représentant résident de l’IAI-Cameroun.
Quelques imams rencontrés par le journal en ligne Camerpost expliquent que chaque vendredi, ils prononcent un sermon lors de la grande prière. « Nous rédigeons des sermons chaque vendredi, détaille l’Imam Hamid. Il s’agit d’un message que nous adressons à nos fidèles. En nous apprenant à saisir et à imprimer, nous parvenons à moderniser ce travail intellectuel. Surtout que nous pouvons aussi mieux archiver ces sermons. Nous pouvons aussi les mettre sur internet ou envoyer à quelqu’un ».

L’islamophobie

Sur un autre plan, le CIDIMUC dit vouloir continuer à consolider sa collaboration avec le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille, notamment dans la « lutte contre les violences faites aux femmes et le combat contre les mutilations génitales féminine ». Au cours du point de presse, le coordonnateur général, Moussa Oumarou, a condamné au nom des Imams, l’islamophobie dans toutes ses formes. Il demande par contre au clergé musulman du Cameroun de prier de manière individuelle et collective pour plus de paix et de sécurité et afin d’éradiquer l’obscurantisme et le fanatisme aussi bien au Cameroun que dans le reste du monde.

Aussi annonce-t-il que le CIDIMUC enverra quelques imams cette année en stage en Egypte dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. « Nous sommes soutenus dans ce projet par le ministère des Relations extérieures », dévoile-t-il.

© CAMERPOST par Ben Moussa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz