Cameroun : Le cauchemar se poursuit pour Oryx de Douala – 12/06/2015

Le cauchemar se poursuit pour Oryx de Douala | © CamerPost / ONE
Le cauchemar se poursuit pour Oryx de Douala | © CamerPost / ONE

Le club camerounais a été désigné « légende du football  africain » au mois de janvier 2015. Toutefois il demeure éloigné des Championnats d’élite depuis de longues années.

« Oryx de Douala existe toujours ? », s’interroge en janvier 2015 un jeune camerounais. La surprise de ce natif de Yaoundé est réelle. Il vient d’apprendre la remise par la Confédération africaine de football (Caf), d’un trophée au club mythique. Le prix « légende africaine » attribué le 8 janvier à l’équipe, est l’une des 12 récompenses décernées aux acteurs du football africain, à l’instar du « ballon d’or 2015».

L’équipe du canton Bell à Douala est l’une des plus anciennes du Cameroun. Créée au début des années 1930, elle permet au pays de remporter son tout premier titre international. Le 7 février 1965 à Accra, l’Oryx s’adjuge en effet la toute première Coupe d’Afrique des clubs champions. Samuel Mbappè-leppé et ses coéquipiers avaient dominé en finale, le Stade malien et Salif Keita (2-1). Cette édition mémorable du tournoi, vaut aux deux équipes finalistes de recevoir chacune un trophée (légende africaine, ndlr) aux Glo- Caf awards 2015. Outre son sacre sur le plan continental, l’Oryx a remporté huit titres au niveau national. Ce sont 5 Championnats et 3 Coupes du Cameroun.

L’Oryx de Douala ne fait plus partie de l’élite du football camerounais. Le prix spécial attribué par la Caf en janvier 2015, semble l’avoir été par erreur. L’équipe est plus qu’ordinaire aujourd’hui. Ses résultats sont éloignés des propos élogieux proférés alors par les dirigeants de la Caf. En effet le club est relégué en Deuxième Division en 1973. La situation de l’équipe, loin d’évoluer positivement empire. Quarante deux années plus tard l’Oryx qui n’a pas cessé de régresser, évolue maintenant au sein de la Ligue régionale du Littoral. Ceci après avoir disputé pendant quelques saisons le Championnat départemental du Wouri. Le club bellois qui était par le passé l’un des principaux pourvoyeurs de la sélection nationale, a carrément changé de statut. Il est pratiquement invisible sur l’échiquier national. Ils sont relativement peu nombreux, les camerounais au courant de son existence 4 décennies après sa relégation en Deuxième Division. Les activités du premier vainqueur de la Coupe d’Afrique des Champions de football, ne sont en général connues que des populations de la Région du Littoral.

Dans le cadre de la saison 2015 /2016 Oryx reste engagé dans le Championnat régional du Littoral, après avoir été recalé à deux reprises au tournoi d’accession en Ligue 2. Au vu de la situation générale du club, ses ambitions sont forcément modestes. Selon Emmanuel Likoumba, l’entraineur principal de l’Oryx de Douala, l’objectif premier de la légende africaine est le maintien en troisième Division. Ceci n’est pas forcément pour plaire au maigre public présent aux séances d’entrainement et aux rencontres amicales. Les plus malheureux de la famille Oryx sont les anciens joueurs du club. Ces derniers expliquent cette descente aux enfers par la perte de la valeur première du club, le jemea (la volonté en langue duala, ndlr). Du groupe des champions d’Afrique de 1965, il ne reste que 7 personnes. Ce sont entre autres : Maurice Epètè, Colbert Kotto, Moukoko dit de confiance. Outre Stade d’Abidjan relégué en Ligue 2 ivoirienne, l’Oryx de Douala est le seul ex-vainqueur de la Coupe des clubs champions, évoluant aujourd’hui en troisième Division nationale.

© CamerPost – Olivier Ndema Epo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz