Cameroun : L’association des exportateurs des fruits et légumes toujours en colère

L’association des exportateurs des fruits et légumes toujours en colère | Ph. Illustration
L’association des exportateurs des fruits et légumes toujours en colère | Ph. Illustration

Réunis au sein de l’Association des exportateurs des fruits et légumes du Cameroun (Rhorticam), les membres disent ne pas être contents. Et pour cause : « nous sommes contre la décision de payer 18Fcfa le kg sur chaque cargaison avant embarquement », dénoncent les plaignants qui envisagent un débrayage si rien n’est véritablement fait.

Il a été rapporté à CAMERPOST que parce que ces frais leur sont exigés depuis juin 2016 par les Aéroports du Cameroun (Adc), ils ont décidé de saisir leur ministère pour se plaindre. Pour la source, le secteur horticole représente plus de 80% du taux d’exportation et imposer de tels frais pourrait causer d’énormes pertes sur les chiffres d’affaires des acteurs dudit secteur qui craignent également de perdre du coup leurs clients en Europe.

Rappelons que le Rhorticam, principale organisation de la filière horticole négocie avec l’Etat, recrute des compétences et travaille à l’amélioration de la qualité des exportations de ses membres. L’ambition étant d’augmenter l’offre camerounaise en fruits, légumes et fleurs sur le marché international. Aider les producteurs de fruits, légumes mais aussi de fleurs à se développer à l’export, c’est l’objectif du réseau des horticulteurs du Cameroun (Rhorticam). Dans son actif, cette organisation qui regroupe des exportateurs de fruits, de fleurs et de légumes a mené, avec l’appui du Centre pour le Développement de l’entreprise (Cde), de nombreuses consultations en vue de restructurer la  filière. Les exportations camerounaises de fruits et légumes se situent aujourd’hui à environ 14.000 tonnes. Le Rhorticam voudrait à terme les  augmenter de 3.000 à 4.000 tonnes par an. Pour cela, il faudrait que le problème soulevé plus haut trouve solution en faveur des plaignants.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa