Cameroun : L’arrivée de nouveaux hommes à la tête de la Camair-Co au menu de la presse

L'arrivée de nouveaux hommes à la tête de la Camair-Co au menu de la presse camerounaise | DR
L’arrivée de nouveaux hommes à la tête de la Camair-Co au menu de la presse camerounaise | DR

La nomination, lundi par le président Paul Biya, d’un nouveau Directeur général et d’un président du Conseil d’administration de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), Ernest Dikoum et Mefiro Oumarou respectivement, a alimenté les colonnes des journaux du pays parus le lendemain.

«Camair-Co : les hommes de la relance», salue le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune qui constate que les deux responsables, qui remplacent Jean Paul Nana Sandjo et Edouard Akame Mfoumou, aussitôt installés au terme d’un conseil d’administration extraordinaire de la compagnie aérienne nationale, «ont pour principale mission de mettre en œuvre le plan de redressement» de l’entreprise.

Et ce ne sont pas les défis qui vont manquer, renchérit Le Quotidien de l’Economie : «Estimé à 327 milliards FCFA avec, entre autres, l’acquisition de 15 aéronefs, le plan de relance de la Camair-Co bénéficiera de la sollicitude du gouvernement et du constructeur Boeing, prompt à accompagner les compagnies aériennes qui se mettent sous son aile par la mise à disposition des avions.»

L’américain Boeing, qui veut être étroitement impliqué dans la conduite dudit plan de redressement, ne voulait plus de Jean Paul Nana Sandjo à la tête de la compagnie, affirme Mutations qui constate par ailleurs que la société vient de battre le record de changement de patrons, soit 4 en 5 ans d’existence.

Pour La Nouvelle Expression aussi, Ernest Dikoum doit immédiatement implémenter le plan de restructuration à travers l’accroissement de la flotte, l’extension du réseau de dessertes pendant que l’État doit s’employer à effacer la dette de la compagnie, évaluée à 35 milliards de FCFA en plus d’y injecter 60 milliards FCFA.

Au regard de son curriculum vitae, Ernest Dikoum peut être considéré comme l’homme de situation, note Le Quotidien de l’Economie qui rappelle qu’une feuille de route claire lui a été prescrite par le gouvernement, à savoir tout mettre en œuvre afin que la compagnie nationale se mette en conformité avec les règles de sécurité édictées par l’Autorité aéronautique nationale et par l’Organisation de l’aviation civile internationale.

Et le nouveau manager, cité par La Nouvelle Expression, a déjà une idée claire de sa mission : « Les défis immédiats sont connus. Je pense qu’il faudrait d’abord essayer de mettre le personnel en confiance parce que c’est à partir des personnes qu’on peut avoir des résultats. Il y a des problèmes, on le sait. Ils sont identifiés, et je pense que si tout le monde travaille ensemble, comme le ministre l’a dit tout à l’heure, la tutelle, l’Autorité aéronautique, je pense que les résultats vont suivre.

C’est notre fleuron national, il faudrait qu’on travaille tous pour pouvoir relever les défis. »

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz