Cameroun : « l’aide à la presse n’est pas distribuée faute de moyens suffisants », selon Issa Tchiroma Bakary

Issa Tchiroma Bakary, ministre camerounais de la Communication et porte-parole du gouvernement | © AFP/Pacome

Au Cameroun, l’aide publique à la presse privée n’est toujours pas disponible alors que l’année 2016 s’achève. Le 7 décembre dernier, le ministre de la Communication déclarait : « Je n’ai pas été en mesure, jusqu’à ce jour, de procéder à la distribution de l’aide publique à la presse, faute de moyens […] ; les moyens mis à ma disposition sont insuffisants. » Issa Tchiroma Bakary sortait de la séance de travail au Sénat où il a défendu le budget 2017 de son département ministériel.

Toutefois, le ministre de la Communication se veut optimiste. « Les sénateurs ont été sensibles à toutes ces préoccupations et je suis très heureux que, grâce à leur concours et celui du Premier ministre, une allocation supplémentaire soit accordée », explique Issa Tchiroma Bakary.

Au Cameroun, le payement de l’aide à la presse connaît des retards depuis plusieurs années. La subvention 2015 a été payée, à partir de janvier 2016. Plusieurs quotidiens avaient refusé de passer à la caisse, jugeant que les parts étaient dérisoires. Le montant global était de 243 millions Fcfa, à partager entre 131 entreprises de communication ayant postulé à l’aide : 1 entreprise de communication globale, 3 chaînes de télévision, 3 organes de presse en ligne, 3 entreprises de production audiovisuelle, 6 imprimeries, 10 stations de radio commerciales, 17 organisations professionnelles, 37 radios communautaires et 51 titres de presse écrite.

Le sort de l’aide 2016 reste donc à déterminer. Toujours est-il que le budget 2017 du ministère de la Communication a subi une baisse drastique de 3,637 milliards Fcfa, par rapport à l’année 2016. L’enveloppe a baissé de presque de moitié, se situant à 4,574 milliards Fcfa.

Source : © Agence Ecofin

Par Assongmo Necdem