Cameroun : La ville de Bafoussam tient son stade omnisports

Réalisé à 75%, stade omnisports de Tocket a pris les allures d’un éléphant blanc depuis des années. | DR
Réalisé à 75%, stade omnisports de Tocket a pris les allures d’un éléphant blanc depuis des années. | DR

C’est le sujet de prédilection des habitants de la capitale régionale de l’Ouest ces jours-ci : la réalisation à 92% des travaux de construction du stade polyvalent de Kouekong. Les informations relatives à l’état d’avancement du chantier, situé à 16 kilomètres de Bafoussam, sur la route de Foumbot, circulent, comme qui dirait, en boucle. Provoquant une certaine euphorie au sein d’une population dont la passion pour les événements sportifs, le football en particulier, est connue. « L’on savait que la région de l’Ouest avait été choisie pour abriter un stade. Mais depuis 2008 que la décision gouvernementale avait été annoncée, on ne savait pas grand-chose de ce projet. Beaucoup de personnes à l’Ouest ignoraient même que le chantier avait démarré. Les Chinois ont travaillé sans faire beaucoup de bruits. C’est donc naturellement que nous sommes agréablement surpris des résultats », confie une élite.

Les populations de l’Ouest ont des raisons de se réjouir ainsi. C’est qu’en matière d’infrastructures sportives, la région revient de très loin. Avec l’abandon des travaux de construction du stade omnisports de Tocket. Pourtant réalisé à 75%, celui-ci a pris les allures d’un éléphant blanc depuis des années. Ajouté à cela le stade municipal tombé en désuétude, l’on comprend aisément le besoin qui se faisait sentir ici. Hasard de calendrier certainement, la bonne nouvelle de Kouekong tombe au moment même où Racing de Bafoussam, club emblématique de la ville,  remonte en ligue 1.

Mais, c’est depuis 2012, dans la perspective de l’organisation de la CAN 2019 par le Cameroun que pas moins de 20 milliards de francs CFA ont été engagés dans la construction de ce stade. Un de ceux qui vont accueillir la compétition. Précisément, le projet rentre dans le cadre du Programme national de développement des infrastructures sportives (PNDIS) mis en œuvre avec des partenaires financiers chinois. Pour éviter le piège de ces stades ne fonctionnant que quelques jours par an, la partie camerounaise a souhaité une enceinte multifonctionnelle. Ainsi, le stade polyvalent de Kouekong sera en mesure d’accueillir aussi bien des rencontres de football, que des compétitions d’athlétisme, des concerts, des foires, des conférences, des salons… Aussi, l’imposante bâtisse dispose-t-elle d’une aire de jeu, d’une piste d’athlétisme,  tribunes, salles de conférence et de réunion, salons d’honneur pour hautes personnalités, régies-son, lumière et images, ainsi que de diverses commodités susceptibles de lui permettre d’accueillir des rencontres internationales. L’ensemble de la structure, rez-de-chaussée plus deux étages, posé sur pas moins de 440 pieux, donne déjà de l’allure à la vallée de Kouekong. Reste plus que l’y rejoignent les terrains intégrés de basket, le palais des sports de 2000 places et autres aménagements extérieurs.

Source : © Cameroon Tribune

Par Yvette MBASSI-BIKELE