Cameroun : La transformation du coton en panne selon une étude de la Banque mondiale – 01/04/2015

Abdou Namba, directeur général de la SODECOTON.
Abdou Namba, directeur général de la SODECOTON.

La Banque mondiale et la coopération allemande au Cameroun viennent de rendre publics les résultats d’une étude intitulée «analyse de la filière textile habillement au Cameroun», qui révèle une panne de la transformation cotonnière localeEn effet, selon cette étude, «seulement 2% du coton produit au Cameroun (la Sodecoton a produit 249.300 tonnes sur la campagne 2013-2014 et devrait atteindre 265.000 tonnes au terme de la campagne en cours) est transformé localement».

L’unique entreprise de filature de coton du pays et seul fournisseur local des entreprises aval de la filière coton-textile, n’est autre que la Cotonnière industrielle du Cameroun (CICAM). Cette entreprise du portefeuille de l’Etat, qui conduit actuellement un programme d’investissement de 5,5 milliards de francs Cfa pour doper ses activités, n’utilise chaque année que «1.600 tonnes de fibres pour produire 1.500 tonnes de fils, 8.000 km de tissus écrus et 300 tonnes d’éponge».

A l’origine de cette activité marginale de transformation du coton au Cameroun, souligne l’étude, «l’absence d’une filière intégrée coton-textile-habillement», qui est «extrêmement préjudiciable à l’économie du pays». En conséquence, apprend-on, le pays ne parvient pas capter les retombées de «la valeur ajoutée, qui est multipliée par 12 entre le coton brut et un vêtement confectionné».

Source : © Investir Au Cameroun