Cameroun : La restructuration de la CBC arrive bientôt à son terme – 29/01/2015

Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances.
Alamine Ousmane Mey, ministre camerounais des Finances.

La fin de la restructuration pour la Commercial Bank of Cameroon pourrait intervenir à tout moment, soutient une source proche du dossier. «La Banque a déjà repris un rythme qu’on peut juger normal dans ses  activités. Maintenant, ce qui est attendu, c’est que soit convoquée  une Assemblée générale qui va le constater officiellement et désigner les dirigeants de la banque», a expliqué la source ayant requis l’anonymat.

Au ministère des finances, peu de personnes sont disposées à parler de la question qui est jugée «assez délicate». Dans les conversations, on apprend cependant que certains détails doivent être finalisés entre le régulateur du secteur bancaire en Afrique centrale, la Cobac, le gouvernement du Cameroun et les actionnaires majoritaires d’avant  la procédure de redressement.

En octobre 2014, le Ministre Alamine Ousmane Mey (photo) des finances a publié un communiqué prorogeant pour la sixième fois le mandat de l’Administrateur provisoire, Martin Luther Njanga Njoh. Une prorogation de délai qui bien que publiée en octobre, devait prendre fin au mois de novembre 2014. Rappelons que la banque dont les difficultés en termes de respect des ratios prudentiels et de préservation des fonds propres, avaient été mises en évidence par la Cobac en 2009, était jusque-là dirigée par l’homme d’affaires Yves Michel Fotso, qui est aujourd’hui emprisonné, dans le cadre d’une procédure judiciaire pour détournements et complicité de détournements présumés de deniers publics.

Depuis cette date, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. A travers une ouverture de capital qui ne manque pas de laisser sceptiques certains observateurs, la banque a pu renforcer son capital de 12 milliards de francs Cfa. Une enveloppe dans laquelle le gouvernement aurait joué un rôle très important. Officiellement, personne ne le confirme, car cela tend à conforter certains proches du groupe Fotso, dans leur propension à soutenir que la CBC a été victime d’un hold-up orchestré par l’Etat et la Cobac.

Sur le dossier CBC, l’administration publique détient une occasion de faire jurisprudence, en bouclant la restructuration de la CBC sur un sauvetage réussi. Jusque-là, les restructurations ont coûté des centaines de milliards de francs Cfa aux contribuables, et presque toutes les fois  les établissements de crédits ont soit disparu, soit alors ont dû céder leurs actifs à de nouvelles entités. Pour l’heure, rien n’indique que la CBC sera vendue, mais rien n’indique aussi le contraire, surtout dans un contexte marqué par l’appétit manifesté par certains groupes bancaires africains pour le marché camerounais.

 

Source : © Investir Au Cameroun

Par Idriss Linge

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz