Cameroun : La FECAFOOT émet un chèque en bois de 100 millions FCFA à la LFPC

Pierre Semengue, président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) | Archives/DR
Pierre Semengue, président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) | Archives/DR

Le président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), Pierre Semengue, a informé le public que le chèque de 100 millions FCFA, émis le 14 janvier dernier en faveur de son institution par la fédération nationale de la discipline (FECAFOOT) en vue de soutenir le début de la saison annoncé pour la fin du mois en cours, est « malheureusement rentré impayé », la banque évoquant des « raisons techniques ».

«C’est dire que la Ligue est toujours au point de départ vis-à-vis de la subvention de la FECAFOOT», s’est-il lamenté dans un communiqué publié lundi.

La somme visée, rappelle Pierre Semengue, représente la première tranche de l’appui fédéral pour le paiement des indemnités des officiels au titre de la saison 2015-2016.

La sortie du président de la Ligue, note-t-on, intervient alors que les comptes de la FECAFOOT domiciliés à United Bank of Africa (UBA) et Ecobank ont été bloqués voici une dizaine de jours à la suite d’une action judiciaire engagée par Abdouraman Hamadou Babba (président d’Etoile filante de Garoua), Joseph Antoine Bell (président de Bandjoun FC) et Emmanuel Loga (président de Littoral Maison-mère) contre le président de la FECAFOOT, Tombi à Roko Sidiki.

En effet, la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC) avait déclaré «nul l’ensemble du processus électoral» organisé par la fédération, «au sein des ligues départementales et régionales ainsi que celui poursuivi au niveau fédéral», et qui avait abouti à la désignation de l’intéressé en fin septembre dernier.

Le tribunal arbitral avait, dans son arrêt, considéré que l’entier processus électoral avait été mené sous l’égide d’un article relatif à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives dans le pays «qui l’a vicié».

A la suite du blocage des comptes bancaires, et à l’exception notable de celui de la Commercial Bank Cameroon (CBC), Tombi à Roko Sidiki a traîné UBA et Ecobank devant le tribunal de première instance de Yaoundé-centre administratif, situé dans la capitale du pays, en procédure de référé d’heure en heure dont la procédure se poursuit.

© CAMERPOST avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz