Cameroun : La Conac épingle les opérateurs de téléphonie mobile

Rev. Dr. Dieudonné MASSI GAMS,président de la Conac | © Flickr
Rev. Dr. Dieudonné MASSI GAMS,président de la Conac | © Flickr

La Commission nationale anti-corruption (Conac) vient d’interpeller Mtn Cameroon, Orange et Camtel. Une consternation totale à Douala.

176 milliards de Fcfa est le montant que doivent Orange, Mtn Cameroon et Camtel à l’Etat du Cameroun. Voilà ce qui ressort du rapport sur la mission de contrôle de la Commission Nationale anti-corruption (Conac) effectuée auprès des opérateurs de téléphonie mobile. La Commission Nationale Anti-Corruption, a tenu ce mardi 19 janvier 2016, une rencontre avec les différents intervenants dans le secteur des Télécommunications au Cameroun. Il était question pour l’organe de lutte contre la corruption, de présenter son rapport sur la mission de contrôle effectuée récemment auprès de trois opérateurs de téléphonie mobile, et faire quelques recommandations en vue d’assainir le secteur. Selon le rapport présenté par le président de la Conac, Rev. Dr. Dieudonné MASSI GAMS, «il ressort que des inégalités diverses, des malversations financières, les documents non conformes à l’esprit des lois et des conventions, ont fait leur lit dans le secteur de la téléphonie mobile au Cameroun».

Camerporst qui a reçu copie du rapport, apprend qu’à ce jour, Orange Cameroun, Mtn Cameroon et Camtel doivent à l’Etat la somme de 176 milliards de F CFA, dûs à toutes ces irrégularités, sans oublier d’autres taxes et redevances impayées par les trois opérateurs. Face à toutes ces irrégularités, le rapport de la commission dénonce le silence de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART). Cette dernière qui a pourtant dénoncé le fait que les sociétés de téléphonie mobile du Cameroun font des déclarations mensongères sur la 4G.

A ce propos, d’après Orange Cameroun, « Il ne suffit pas de déclarer officiellement que la 4G est lancée pour que les clients aient directement accès aux offres et services y relatifs. Il y a tout un préalable et, ça, Orange Cameroun l’a compris ». Selon cette entreprise, on ne saurait prétendre avoir lancé la 4G sans que les offres et les services ne soient pas encore disponibles. Procéder au lancement de la 4G pour une entreprise de téléphonie mobile sous-entend la détention d’une Sim spéciale, la configuration de son téléphone sur la 4G (ou avoir un téléphone compatible), être dans une zone de couverture précise (vu que la 4G n’est pas sur toute l’étendue du triangle national), l’acquisition d’un forfait, l’achat d’un pass, et surtout obtenir les attributions de fréquence de l’Agence de régulation des télécommunications. Une fois ces préalables, on peut donc procéder au lancement commercial de la 4G.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa