Cameroun : La banane malaxée décime quatre personnes à Mbouda – 21/05/2014

Le drame s’est produit ce lundi 19 mai 2014 au quartier Montchio III.

La ville de Mbouda sous le choc. Elle a eu un réveil brutal ce lundi 19 mai 2014. La raison, c’est la mort dans des conditions abracadabrantes de quatre personnes. Notamment, une femme enceinte presque à terme et ses deux rejetons de sexe féminin, âgés respectivement de 9 et 3 ans. En plus de ceux-ci, quelques autres enfants des voisins se trouvent encore sous soins intensifs à l’hôpital. D’après plusieurs sources, les victimes avaient consommé la veille la banane malaxée. Préparé par Matilda Ariane, la victime âgée de 9 ans, le repas aurait été furtivement empoisonné par la coépouse de la femme enceinte qui a trépassé avec ses enfants.

Même si l’on attend le résultat de l’autopsie pour être certain, les membres de cette famille et même les voisins des victimes quant à eux, ont déjà tranché : ils arguent à hue et à dia que la nommée Adéline Magni, la coépouse soupçonnée a réussi un forfait longtemps prémédité. Cette posture est liée à la nature des relations entre la cible principale et l’accusée. En effet, depuis quelques temps apprend-on, les rapports entre les deux femmes s’étaient profondément détériorés. Selon les témoignages d’un des rescapés, Adéline Magni les menaçait régulièrement de mort.

La pomme de discorde pour certains, serait une parcelle de terrain. Ceux-ci soulignent que depuis la disparition de l’époux de la femme enceinte, l’épouse du frère de celui-ci, n’a point fait de mystère sur son envie de s’accaparer des terres qu’il a laissées. Pour d’autres par contre, l’acte de la femme sur qui convergent toutes les accusations serait motivé par la grossesse que portait sa coépouse. Elle soupçonnerait son époux d’être l’auteur de cette grossesse. Nos sources ajoutent que celle-ci était vigoureusement opposée à l’idée que son conjoint adopte l’épouse de son défunt frère comme c’est souvent le cas dans plusieurs familles Bamilékés.

Et, dans la journée dimanche 18 mai 2014, la petite Mathilda prépare la banane malaxée. Dans les supputations, l’on raconte que la coépouse a profité d’un instant de distraction de la fillette pour introduire une substance nocive dans le met. Vers 17 heures, ils consomment ce repas avec certains enfants des voisins qui étaient venus leur rendre visite. C’était sans penser qu’ils pouvaient y laisser leur vie. Des heures plus tard, ils sont tous frappés par de violents maux de ventre. Les voisins accourent et les transportent illico presto à l’hôpital Ad Lucem de Mbouda, situé non loin de leur domicile.

Malheureusement, Mathilda laisse sa vie en premier. Elle sera ensuite suivie par sa sœur cadette âgée de trois ans. Les tentatives du personnel de cet hôpital pour sauver au moins l’enfant qui était encore dans le ventre, vont se solder par des échecs. Il rendra l’âme tout comme sa mère. Les trois enfants des voisins qui avaient également consommé la fameuse banane malaxée se trouvent dans un état inquiétant.

A la vitesse de l’éclair, l’information va se répandre dans la ville. Courroucés, les habitants de Mbouda envahissent le domicile de l’accusée dans l’optique, de lui administrer la loi de Talion. Malheureusement, la police qui avait quadrillé ce domicile va les dissuader. La supposée criminelle a été conduite sous forte escorte policière à la division régionale de la police judiciaire de l’Ouest à Bafoussam. Lorsque nous allions sous presse, nous avons appris qu’au cours de son interrogatoire, la dame soupçonnée a avoué que cette scabreuse tâche lui a été confiée par une autre femme dont l’identité n’a pas encore été dévoilée.

Source : © La Nouvelle Expression
Par Vivien Tonfack

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz