Cameroun – Justice populaire : Un présumé braqueur battu à mort par les populations

Un présumé braqueur battu à mort par les populations | Ph. Illustration

Après des mois de terreurs sur les populations, le braqueur ne survivra pas le jour de son énième braquage chez une veuve. C’est avec une arme qui agit contre la veuve.

Le dernier acte de Dominique Mvoum, alias ‘’Aire force’’ comme il se faisait appeler, a eu lieu cette semaine. Surpris chez une veuve, le malfrat sera battu à mort par les populations exacerbées par les braquages sans cesse perpétrés par des inconnus. Pour sécuriser la localité, les populations ont formé un comité de veille nocturne, appelé : comité de vigilance.

De la séquestration

A seulement trente sept ans, le jeune Dominique au moment d’être mis en terre, compte à son actif des dizaines d’actes de braquage dans la petite localité de Mansou, région du centre. Il a été visiblement bien molesté par les populations dans le domicile de dame Thérèse. Cette dernière, veuve de son état est peu aisée, grâce à ses activités d’agricultrice et petite commerçante.

Alors que les populations sont profondément endormies dans la nuit, ‘’Air Force’’ va s’introduire dans le domicile de sa dernière victime pour la spolier de ses biens. Armée d’un poignard, le malfrat menace la dame de se servir de son arme blanche si la somme de 200 000 FCFA ne lui est pas remise.

Le témoin gênant

C’est dans ces entrefaites qu’un témoin survient. Le troisième larron, voisin discret va affronter l’obscurité et alerter les membres du comité de vigilance crée dans le coin pour parer à toute éventualité. Le village est depuis quelques temps ruiné par les vols et braquages incessants des hommes sans foi ni loi.

Au parfum de la situation, les membres du comité de vigilance, accompagné de quelques couches tard, c’est donc une foule en furie qui vient au secours de la pauvre dame séquestrée par l’infortuné. La maison est quadrillée par le comité d’accueil, question d’en découdre avec Dominique encore dans la maison de la dame à la recherche de son butin. Malgré sa résistance, le contact entre le jeune homme et les habitants se fait par l’entremise des gourdins, cailloux, ou tout autre objet susceptible de causer blessures ou mort. C’est sans oublier les coups de poings pour accueillir l’invité de la nuit. 

Même mort, Dominique fait peur

La confrontation aura été fatale pour Air Force. Mis hors d’état de nuire, le braqueur fera toujours peur. Dans la marre de sang, Dominique a rendu l’âme des suites des coups et blessures. En présence des autorités administratives, le corps du bandit est fouillé. Et, sur lui, des découvertes qui font peur : trois cartouches pour calibre 12, du cannabis. Les premières enquêtes révèlent que la victime était bien connue des centres de détention et des services de sécurité. Selon les témoignages, Dominique Mvoum fait partie d’un redoutable gang de malfrats. Alors que sa dépouille est conduite dans son village natal pour inhumation dans la région de l’Adamaoua, la brigade de Ngambé Tikar conduit une enquête pour retrouver ses frères de gang.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM

PARTAGER