Cameroun – Justice : le journaliste de RFI Ahmed Abba incarcéré depuis 2 ans

Ahmed Abba, le correspondant de RFI au Cameroun.
© RFI

Cela fait deux ans, ce dimanche 30 juillet 2017, qu’Ahmed Abba est en prison au Cameroun. Aujourd’hui, le correspondant de RFI en haoussa attend son procès en appel. En première instance, il a été condamné par un tribunal militaire à dix ans de prison pour non-dénonciation et blanchiment du produit d’un acte terroriste. Condamné alors qu’il n’a fait que son travail de journaliste.

Cela fait deux ans qu’Ahmed Abba est en prison pour rien. Et pourtant, il affiche toujours le même sourire discret lorsqu’on lui rend visite. Le journaliste veut croire que son procès en appel permettra enfin de l’innocenter. Il a déjà été acquitté du crime d’apologie du terrorisme, une charge qui aurait pu lui valoir la peine de mort. Restent maintenant celles de non-dénonciation et de blanchiment du produit d’un acte terroriste. L’objet en question : un téléphone qui aurait appartenu à une victime de Boko Haram, mais qui ne figure pas au dossier.

Les preuves accablantes dont parle le gouvernement camerounais depuis le début de l’affaire n’ont jamais été rendues publiques. Les témoins qui devaient attester de la culpabilité du journaliste, le procureur a finalement renoncé à les présenter au tribunal. Il a ensuite parlé de transcriptions d’enregistrements retrouvés dans l’ordinateur d’Ahmed Abba. Des conversations qui ne contiennent aucune trace de complicité avec Boko Haram.

Pour RSF, cette condamnation est un « scandale »

Sa condamnation est un scandale, pour Reporters sans Frontières. « Une décision éminemment politique pour effrayer les journalistes qui souhaiteraient couvrir la question de la sécurité dans le nord du Cameroun », estime l’association.

Et son directeur, Christophe Deloire évoque une « affaire montée de toutes pièces » : « En tous les cas sans aucun élément probant. Ce qui est probant, c’est que simplement Ahmed Abba a fait son travail. C’est une affaire dans laquelle le parquet, le ministère public, a eu un comportement on ne peut plus étrange. Une peine de mort avait été réclamée dans un premier temps par un procureur qui avait aussitôt quitté la salle sans même démontrer la culpabilité, ou tenter de la démontrer, en invoquant le fait qu’il était malade. Une affaire comme celle-là, c’est la démonstration de la part du Cameroun non pas de lutter contre un mouvement terroriste, de manière très légitime, mais de lutter contre les journalistes pour les empêcher de faire leur travail. Et le travail des journalistes, c’est aussi un travail qui permet à des pays de lutter contre le terrorisme. Parce qu’il faut que les sociétés soient transparentes elles-mêmes pour que les autorités puissent lutter contre ceux qui commettent des attentats ».

Le journaliste Xavier Messé, directeur de publication de l’Anecdote, estime que la loi en vertu de laquelle Ahmed Abba a été condamné, la loi antiterroriste de 2014, pèse sur tous les journalistes au Cameroun : « Cette loi est arrivée et a neutralisé la mobilisation des journalistes. Ce qui fait que chaque journaliste, même en écrivant une ligne dans son organe de presse, écrivait avec la trouille au dos. Pour un rien, on pouvait vous arrêter parce que vous soutenez quelqu’un qui est accusé d’acte de terrorisme. Cette loi, qui est comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de tous les journalistes camerounais, a fait qu’il n’y a pas eu du coup une grande mobilisation. Ahmed Abba n’est pas un terroriste, c’est un journaliste qui faisait son travail normalement. Mais peut-être que l’on peut accuser beaucoup de journalistes de ne pas révéler leurs sources d’information. Personne ne le fait ou du moins, les vrais journalistes ne le font pas ».

Lire sur : RFI

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Justice : le journaliste de RFI Ahmed Abba incarcéré depuis 2 ans"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Marie Madeleine Ngo Ndoum

Journaliste, Mon oeil!

wpDiscuz