Cameroun : La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme se prépare à Douala

Une école de prise en charge des autistes | DR
Une école de prise en charge des autistes | DR

Samedi le 2 avril va marquer l’édition 2016 de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Dans la cité économique, des associations et centres de prise en charge de la maladie se mobilisent pour amener tous les citoyens à prendre connaissance de ce que l’autisme est une réalité très présente dans la mesure où ce type de handicap touche une personne sur 150 dans le monde.

Organisé sur le thème : « Comprendre et agir pour l’autisme », l’événement va faire l’objet des conférences avec pour objectif de sensibiliser les autorités et le grand public aux problèmes de l’autisme, et de promouvoir l’insertion sociale des personnes autistes afin de favoriser la lutte contre la discrimination et la stigmatisation des personnes présentant des troubles du spectre de l’autisme. Il s’agira, a appris CAMERPOST, d’un réel plaidoyer pour l’engagement et l’investissement dans le domaine de l’autisme.

Selon la classification internationale des maladies de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) (CIM 10), l’autisme est un trouble envahissant du développement qui affecte les fonctions cérébrales. Il n’est plus considéré comme une affection psychologique ni comme une maladie psychiatrique. Différentes terminologies sont utilisées : Autisme, Trouble autistique, spectre autistique, TED (Troubles envahissants du développement), TSA (Troubles du Spectre Autistique) et ASD (Autism Spectre Disorders). Il s’agit en fait d’un trouble sévère et précoce du développement de l’enfant apparaissant avant l’âge de 3 ans. Il est caractérisé par un isolement, une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage, de la communication non verbale et des activités stéréotypées avec restriction des intérêts.

Des promoteurs de centres affirment qu’en grandissant, certains enfants atteints d’autisme finissent par mener une vie normale ou quasi-normale. Les thérapies et les interventions comportementales peuvent cibler des symptômes spécifiques et apporter des améliorations considérables. Contrairement à ce qui se passait il y a vingt ans, où de nombreux autistes étaient placés en institutions, il existe désormais des solutions plus souples. En général, seuls les individus les plus gravement atteints vivent dans des institutions.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

  • Hi,
    You can get 20 -50 Free LIKES
    Visit —> { www . fb-tryit . com}