Cameroun : journée de mobilisation dans plusieurs villes anglophones

Des soldats dégagent une route à Bamenda, le 8 décembre 2016. | © REUTERS/Stringer

Au Cameroun, la journée de ce lundi 9 janvier a été une « journée ville morte » dans les régions anglophones du pays. Le mouvement a été lancé par plusieurs groupes de la société civile afin de protester contre, selon eux, la marginalisation et le manque de reconnaissance des anglophones dans le pays. L’action a été particulièrement suivie à Bamenda et Buéa, les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest, également fiefs de l’opposition.

Plusieurs témoins ont décrit Bamenda comme une ville-fantôme. Il n’y avait plus de taxis, les commerces étaient fermés et les habitants cloîtrés chez eux. Les forces de l’ordre, elles, étaient déployées en nombre, même si aucun incident majeur n’a été signalé.

« Beaucoup de voyageurs en transit se sont même retrouvés coincés ici, car il n’y avait plus de transports », a raconté un habitant.

Constat quasi identique à Buéa où, selon un témoin, les forces de sécurité ont interpellé plusieurs personnes chez elles dans le quartier Mile 16.

Dans les deux villes, malgré l’appel des autorités, les écoles sont restées fermées alors que ce lundi devait marquer la reprise des cours après les vacances de Noël.

L’indispensable dialogue

« Il faut que le pouvoir dialogue », déclare maître Eric Mbah, un des leaders du mouvement contestataire. Selon l’avocat, le gouvernement doit engager un échange honnête et arrêter de prendre des mesures cosmétiques, avec un préalable, celui de commencer par reconnaître la légitimité des revendications.

« Nous attendons du gouvernement qu’il contacte les leaders de notre communauté pour engager un dialogue franc, honnête, véritable et durable. Jusqu’à présent, le pouvoir est venu avec des solutions toutes faites qui sont juste cosmétiques. L’école ne reprendra pas tant que nous ne serons pas entendus. On doit être capables de s’asseoir à la même table, de discuter et les autorités doivent avant tout reconnaître que nos revendications sont légitimes », a-t-il déclaré à RFI.

Lire la suite à © RFI >>

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Cameroun : journée de mobilisation dans plusieurs villes anglophones"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pierre Rene Assako Edo

L on se pose toujours la question de savoir pourquoi ils le font.

Papaito Charly Ndoung

Les peuples grands enfants!!!

Nana Bouba

la est vant tous les amis anglophone ou francofon tous ce la même chose vivons ensemble et bonne année à tous

Jean Daniel Mveme Ndemba

Qu’ils poursuivent leur mot d’ordre de grève toute l’année durant on verra

Deborah Akamba

N’est pas ? Après ils vont se dire marginaliser

Bouquet Essiane

Beaucoup de ces gens ne savent meme pas pourquoi ils se retrouvent a faire comme les autres mais,ils le font.nsamba bikela.

Deborah Akamba
Bille Mvondo Elie
Je trouve ça bête et c’est la population et les élèves qui vont souffrirent vu déjà tous les établissements bilingues et anglophones des huit autres régions les cours passent à la fin de l’année ça sera les mêmes examens pour les commerçants ils vont payé les impôts de même que les autres de tout le reste du pays une grande majorité des familles ont des enfants qui font les deux langues ceux des enfants du nord ouest sud qui font les études en langue anglaise eux on va les appeller camerounais de quel région ils sont anglophone mais ils sont… Read more »
wpDiscuz