Cameroun – Journée de l’enseignant : Le plaidoyer du Cameroon People’s Party – 07/10/2014

A l’occasion de leur 21ème journée internationale, ce parti politique de l’opposition est monté au créneau pour réclamer des conditions meilleures de travail et une meilleure reconnaissance des enseignants camerounais.

Franck Essi, SG du CPP.
Franck Essi, SG du CPP.

« L’enseignant est l’alpha et l’oméga de la construction d’une école de l’excellence ». Une phrase qui vaut tout son pesant. Et Franck Essi, le secrétaire général du Cameroon People Party (CCP) ne l’a pas choisir au hasard comme titre de sa communication. Celle qui vient comme un coup de pousse aux enseignants dans leur combat en vu d’obtenir des conditions meilleures et une reconnaissance au travail. Dans la mesure où l’on sait que les syndicats se battent pour ces causes depuis quelques temps. C’est le cas du statut des enseignants qui « affecte la qualité du système éducatif camerounais Un diagnostic sommaire de la condition des enseignants nous permet de saisir l’importance de ces problèmes qui portent à la fois sur la formation des enseignants, leurs effectifs, leur motivation, le statut des vacataires, ainsi que le mode de rétribution du corps des enseignants », souligne Franck Essi avant d’ajouter qu’au niveau de la formation, « en dehors des difficultés multiples et structurelles des écoles normales supérieures de formation, une fois sur le terrain, le suivi de la performance des enseignants et le renforcement de leur capacité au regard de l’évolution rapide de l’environnement restent notablement insuffisant. En effet, le système actuel de suivi des enseignants ne définit pas clairement les critères utilisés et les résultats attendus de leur évaluation. Par ailleurs, le dispositif de sanctions et de mesures incitatives qui avait été adopté n’est toujours pas appliqué ».

Photos d'illustration.
Photos d’illustration.

S’agissant de la rétribution, la rémunération est encore minable. Obligé de faire recours à l’association des parents d’élèves. Dans le primaire comme dans le secondaire, « environ 18 % des instituteurs sont payés par les parents dont les associations ne sont pas toujours bien gérées, ce qui est un problème pour la sécurité et la régularité de la paie. Par ailleurs, la plupart des enseignants vacataires et du privé se retrouvent avec 625 F CFA/heure ce qui correspond à 50.000 FCFA pour 80 heures de cours par mois », explique le Sg du CPP. On n’oublie pas les effectifs pléthoriques dans les salles de classe. Dans les régions de l’Extrême-nord et du Nord par exemple, on a respectivement un enseignant pour 75 élèves et un enseignant pour 65 élèves. Certains arrondissements battent même le record de 150 élèves pour un enseignant. Pour quel résultat au final ? A ces problèmes s’ajoute : le rééchelonnement indiciaire des enseignants, l’intégration des enseignants d’EPS et des Conseillers de jeunesse dans les corps de l’éducation nationale, l’intégration des professeurs et instituteurs contractuels, la revalorisation de la prime de documentation et de recherche.

Photos d'illustration.
Photos d’illustration.

Face à cette situation, le Cameroon People’s Party s’étonne de « l’indifférence du Gouvernement devant l’urgence qui se présente depuis des années. L’enseignant est l’alpha et l’oméga de tout projet de construction d’une école de l’excellence et sa paupérisation hypothèque gravement les chances de réalisation de cette entreprise. Elle compromet gravement toute ambition de développement car sans école à la hauteur il n’y a pas de développement possible ! ». Pour remettre les wagons sur les rails, il faut « reformer la gestion des ressources humaines dans le management du corps enseignant ; améliorer le mode d’affectation et de promotion des enseignants ; élaborer des standards du profil de carrière de l’enseignant ; réviser progressivement à la hausse le salaire des enseignants pour leur permettre d’exercer dans la dignité et la fierté leur noble profession ; améliorer le statut des enseignants vacataires ; réglementer les contrats de travail des enseignants vacataires ; affilier systématiquement les enseignants vacataires à la sécurité sociale ; réglementer et augmenter la rémunération des enseignements vacataires ; accorder des primes spéciales pour les enseignants officiants dans les zones enclavées ; instaurer et intensifier le recyclage et le suivi de performance des enseignants », souhaite Franck Essi. On espère que le souhait arrivera auprès du « saint père ».

© Camer Post – Frank William BATCHOU

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Cameroun – Journée de l’enseignant : Le plaidoyer du Cameroon People’s Party – 07/10/2014"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Francisca Mboe

hhhh

wpDiscuz