Cameroun – Ni John Fru Ndi : Paul Atanga Nji a insulté les enseignants et avocats

Ni John Fru Ndi, leader du SDF, lors d’un meeting | Photo d’archives

Le Chairman du Sdf donne les résolutions de la session du Nec tenue à Bamenda samedi dernier.

Quelles sont les résolutions de cette session du Nec ?

Nous condamnons avec la dernière énergie les tueries et les assauts répétés sur nos enfants par les forces de maintien de l’ordre. Même ce matin [samedi 10 décembre 2016], on m’a montré la photo d’un enfant également tué à Kumba. C’est désolant que pour un pays comme le nôtre. Quand les enfants réclament les enseignants et un bon système éducatif, la seule réponse est de tirer sur leur tête et dans leur bouche à balle réelle. Nous la condamnons et appelons m. Biya et son gouvernement à écouter les pleurs des enseignants et des avocats. Nous disons que si ces problèmes persistent jusqu’à l’année prochaine, ils pourraient être dangereux pour notre pays. Lorsque je suis descendu sur le terrain, ces enfants ont dit ne pas vouloir les messages de paix que j’ai prêchés.

Avez-vous évoqué le congrès du Sdf ?

La convention aura lieu à Bamenda les 28, 29 et 30 avril 2017.

En dehors de la réaction du Nec que pense Ni John Fru Ndi des événements de Bamenda et Buea?

Pendant les évènements de Bamenda, j’ai constaté que les policiers et les gendarmes sont plus vandales que ceux que l’administration appelle souvent les vandales. À Buea ils sont allés jusqu’à dans les mini-cités des filles. Ils auraient cassé des portes, violé certaines filles, demandé à d’autres de se rouler dans la boue. Nous soutenons les revendications des enseignants et des avocats. Si les premiers souhaitent que les enseignements soient faits en anglais dans des matières comme la physique, la chimie, les mathématiques, les seconds veulent un système judiciaire anglo-saxon. De leurs revendications ils ont ajouté ce que réclame depuis des lustres le sdf : le fédéralisme. Mais au lieu de les écouter, le ministre de Paul Biya, Paul Atanga Nji les a insultés en leur disant qu’il venait à Bamenda pour marcher et pour voir quel chien va aboyer. Les populations de Bamenda sont alors des chiens qui aboient ? Mais, il est venu voir ces populations qui l’ont pourchassé et il est rentré en courant.

Pourquoi le Sdf a marché à Bamenda ?

La marche que le sdf et ses parlementaires ont effectuée dans la ville de Bamenda, de liberty square aux services du gouverneur à la place des fêtes, n’était qu’une marche de protestation. À travers elle, nous avons voulu soutenir les revendications des avocats et des enseignants.

Et à Buea quel message avez-vous passé ?

Lorsque nous sommes allés à Buea, ils ont sorti des élèves policiers pour nous bloquer et c’était pénible.

Vous semblez être fier des troubles de Bamenda ?

Quand le Premier ministre était ici [à Bamenda, ndlr] pour résoudre les problèmes posés par les enseignants et les avocats, certains ministres à Yaoundé ont passé le temps à dire qu’il n’existe pas de problème anglophone. Et après, ces mêmes ministres sont venus faire un meeting à Bamenda. Ils y étaient pour déclarer en public que le problème anglophone n’existe pas au Cameroun. Je suis d’ailleurs content que ces enfants leur aient montré qu’il existe un problème anglophone.

Source : © Mutations

Propos Recueillis par Didier Kamdem

  • Celui hors de son village rassemble encore?

  • Il a parlé pour Eseka? Quand je pense que tout le pays l’a voté en 92. Homme sectaire!

  • CLEMENTE

    Ce discours, trop politique, me semble tout simplement pathétique pour un responsable de cette stature. Trop évasif, sans solution réelle. Pauvre Cameroun…

  • Laissez les places au jeunes développé leur nouvelle réalisation pas aux vieillard de ce pays le monde est androïde comprenez !!