Cameroun – Jeux Universitaires 2014: Lady Ponce enflamme le campus – 09/05/2014

La 17ème édition des Jeux universitaires ne se résume pas seulement en du sport mais aussi des soirées récréatives comme cela a été le cas mercredi le 7 mai 2014 du côté de l’Université de Douala.

Lady Ponce
Lady Ponce

La soirée de mercredi le 7 mai 2014 a été d’un autre ton à l’Université de Douala. La foule immense les précédents jours s’est agrandie de façon drastique. A la faveur du concert géant donné par l’artiste musicienne Lady Ponce. Annoncée lors du lancement des jeux pour prester, cette dernière n’a pas manqué au rendez-vous. Elle y était drainant avec elle des populations venues des quatre coins du Cameroun. Le son de sa voix très appréciée, ses coups de reins tantôt doux tantôt agressifs, sa tenue vestimentaire laissant quelque peu entrevoir des parties intimes du corps, ont séduit le public. Les 3000 athlètes y compris. Debout, assis sur les estrades ou couchés sur les dos les uns et les autres, des jeunes pour la plupart des élèves du primaire et du secondaire se sont délectés du spectacle.

« Dès que nous avons été informés de l’arrivée de Lady Ponce, mes camarades et moi avons synchronisé nos montres. De sorte qu’à 18h, nous y étions déjà. Il fallait être aux premières loges pour avoir une claire visibilité. Il est clair que nous ne regrettons pas d’avoir quitté plus tôt nos domiciles sans prévenir les parents », murmurent des apprenants la quinzaine approchée.

Gais, ils le sont. Exténués du fait de leur posture verticale, pas du tout. « Le stade est noir de monde. Certes, il fait très chaud en dépit du ciel nuageux et nous avons les vêtements mouillés à cause de la sueur, néanmoins cela ne nous empêche pas d’apprécier le spectacle jusqu’à x heures s’il le faut. Ce n’est pas tous les jours que nous avons Lady Ponce en face de nous », lancent les spectateurs mineurs. Ceux-ci ont profité de leurs instants d’extase pour interpeller le Ministère des Arts et de la Culture sur l’urgence de créer des espaces permettant aux artistes de se mouvoir. « Malheureusement, il n’existe pas de salles de cinéma au Cameroun. Aujourd’hui, s’il faut s’en tenir aux réalités, on compte à peine quelques lieux qui donnent l’opportunité aux stars de prester. Notamment le Stade Mbappé Leppé à Douala et le Palais des Sports à Yaoundé », renchérissent les fans de Lady Ponce. Au-delà du côté culturel, la communauté universitaire nationale se trouve ainsi rassembler dans la métropole économique pour rivaliser de talent, d’adresse et de créativité, à l’occasion de la tenue des olympiades universitaires du Cameroun.

Les Jeux universitaires édition 2014 perpétuent ainsi la longue tradition inaugurée depuis 1998. Au fil du temps, les Jeux-U écrivent leur histoire et apportent par le dynamisme et les innovations enregistrées d’année en année leur part constructive à la marche vers l’avant d’un Cameroun lancé vers l’atteinte des objectifs définis par le Chef de l’Etat. En dix-sept années, le concept et l’organisation de ce grand regroupement n’ont cessé d’évoluer.

Au départ simple regroupement d’athlètes venus des Universités d’Etat, les JU sont de nos jours, une compétition rassemblant des talents sportifs de très haut niveau qui s’affrontent dans plusieurs disciplines, avec à la clé, des performances retentissantes, des records à battre et des lauriers à remporter. A cet aspect sportif, s’est greffée la dimension culturelle et folklorique, qui met en compétition les différentes institutions universitaires du Cameroun via les Fan’s clubs qui rivalisent d’adresse et d’imagination.

Source : © Aurore Plus

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz