Cameroun – Jeux olympiques : place aux échauffements

Place aux échauffements liées aux Jeux olympiques | © CAMERPOST / Ndema Epo
Place aux échauffements liées aux Jeux olympiques | © CAMERPOST / Ndema Epo

Les athlètes camerounais qualifiés pour Rio ont poursuivi leur préparation entre le Cameroun et des pays étrangers.

Six disciplines, 24 athlètes et des fortunes diverses dans la préparation. La sélection nationale de volley-ball dames, seul sport collectif qualifié pour Les Jeux olympiques de Rio (5 au 21 août), poursuit sa préparation au Brésil. Le week-end dernier, les Lionnes ont disputé et perdu deux autres rencontres amicales  contre la sélection des moins de 23 ans dames du Brésil. Les volleyeuses sont au Brésil depuis le 1erjuin dernier. Avant de s’y rendre, la sélection a passé une mise au vert d’un mois à Yaoundé. Entre Sao Paulo et l’Espagne, l’équipe a eu droit à une série de rencontres amicales contre des clubs locaux brésiliens et la sélection nationale d’Espagne (18 au 20 juin). Les Camerounaises joueront dans la poule A avec le pays6hôte et tenant du titre, la Russie, le Japon, la Corée du Sud et l’Argentine.

Yaoundé n’est pas ce qu’ils ont souhaitéE. Mais Archangéline Fouodjio (69 kg) et Petit David Mikoumba (94kg), les deux haltérophiles camerounais de Rio de Janeiro, vont mettre les atouts locaux en avant. En stage bien avant le Tournoi qualificatif olympique de Yaoundé en mai dernier, ils n’ont pas eu de répit. Le jeune homme, résident à Douala, n’a pas vu cette ville depuis ce temps. Travail acharné chaque jour, des pauses pour récupérer, mais la tête toujours dans l’entraînement. Avec leurs entraîneurs, ils bénéficient de deux séances quotidiennes. On alterne entre technique et musculature. « Je ne vais pas à Rio comme un enfant se rendant à la foire. Je n’y vais pas pour les photos. J’y vais pour battre des records, entrer dans l’histoire », gueule Petit David Mikoumba. L’expérience acquise lors des compétitions d’envergure lui a permis de vite grandir.

En athlétisme, Auriole Dongmo (lancer de poids) sort d’un meeting au Maroc. Qualifiée pour la compétition à l’issue de la coupe du Cameroun, la championne d’Afrique vient de passer un week-end au Maroc où elle voulait améliorer son jet (17,76 m). C’est à Yaoundé qu’elle opère les derniers ajustements. Son passage au Centre international d’athlétisme de Dakar au Sénégal lui a permis de gagner en maturité.  Sandrine Mbumi ? quant à elle, achève des essais à Yaoundé avant le grand départ. Ce n’est pas la préparation rêvée mais, avec son entraîneur, Patrice Kinang, on fait avec les moyens du bord.

Les boxeurs, Simplice Fotsala (49 kg), Smaila Mahaman (64 kg) et Wilfried Seyi (75 kg, porte étendard), excepté Hassan Ndam Njikam (89kg), ont eu une préparation en Ukraine après plusieurs semaines de dur labeur au Camp de l’Unité à Yaoundé. Entre tournois et entraînements, on varie depuis le mois de juin. Seront-ils là pour le départ de la délégation camerounaise samedi ou iront-ils directement ? A la Fédération camerounaise de boxe, Bertrand Magloire Mendouga annonçait pour hier soir, l’arrivée du triptyque. Vanessa Hortense Mballa Atangana, seule judoka se préparait en France bien avant sa qualification. En lutte, Rebecca Muambo (48 kg) et Ali Annabel Laure (75kg) sont dans un camp respectivement au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Seule Emilienne Tialo Essombe (53 kg) est restée au Cameroun. L’arrivée de certains athlèteS est confirmée pour ce jour avant le grand départ.

Source : © Cameroon Tribune
Par Angèle BEPEDE