Cameroun – Jean Claude Mbwentchou: « Le planning de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen sera respecté » – 01/09/2014

 Le ministre camerounais du Développement urbain et de l’habitat et président du comité de pilotage de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen, a récemment conduit une mission d’évaluation des travaux.

Jean Claude Mbwentchou, ministre camerounais du Développement urbain et de l’habitat.
Jean Claude Mbwentchou, ministre camerounais du Développement urbain et de l’habitat.

Les travaux de l’autoroute Yaoundé Nsimalen ont débuté mais les populations se plaignent du montant des indemnisations. Qu’en est-il exactement ?

Il n y a pas d’inquiétudes, le processus d’indemnisation est long et nous appliquons les textes. Je dois vous dire que sur très hautes instructions du Chef de l’Etat, le Premier Ministre a donné des instructions pour ces textes soient revisité surtout en ce qui concerne les prix et coûts des payements. Nous avons également été instruit de réduire les délais pour payer les indemnisations.

Les trois kilomètres déjà entamés sont en réalité une piste qui devra permettre aux engins de déblayer le terrain. Le tracé de l’autoroute n’est pas encore touché. Est-ce exact ?

Les spécialistes savent que pour réaliser un ouvrage, il faut d’abord faire la reconnaissance des lieux, c’est ce qui a été fait. Il faut également installer la base vie de l’entreprise en charge de la construction de l’ouvrage. Cela est fait. Il y’a ensuite le dé-forestage et le terrassement de la zone des travaux. Les pistes qui sont déjà aménagées permettront de procéder au dé-forestage et au terrassement de la zone des travaux.

Dites nous monsieur le Ministre le premier coup de pioche il est prévu pour quand ?

Les travaux ont débuté. Le dé-forestage dont je parlais c’est déjà le début des travaux sur l’axe qui partira de Nsimalen-rond-point à Ahala. Nous avons déjà fait le dé-forestage sur 2.8 km de l’itinéraire retenu. Je tiens également à préciser que le premier coup de pioche est un acte symbolique et politique, qui peut se faire à tout moment. Cet acte ne relève pas du maître d’ouvrage.

Toujours au sujet des indemnisations, certains départements qui seront traversés par cette autoroute attendent toujours que le décret d’indemnisation soit signé par le Premier Ministre, vous soulignez que les travaux ont débuté, tout cela fait un peu désordre.

C’est l’un des problèmes qui nous a été posé au niveau du comité de pilotage.  Nous avons sollicité que les représentants des diverses administrations impliquées notamment le Premier Ministère, fassent un effort pour que ces textes soient signés. Je dois également vous dire que le projet de décret du département de la Mefou et Akono est déjà au niveau de la Présidence de la République pour visa. Celui du Mfoundi est plus complexe parce qu’il est en plein cœur de la ville. Cela implique un montant plus grand compte tenu des investissements qu’il faudra raser.

Les Spécialistes affirment qu’il n’y a pas d’autoroute lorsqu’on est en section urbaine, pourtant on nous pale d’autoroute Yaoundé-Nsimalen. Est-ce encore une trouvaille camerounaise ?

Aux Etats-Unis par exemple il existe des autoroutes en plein Washington, en plein New York. Je sais de quoi je parle, je suis ingénieur.

A quand le début des travaux de la section urbaine ?

Compte tenu de la complexité de cette section, le projet a été confié à trois entreprises différentes, pour trois lots. Nous avons chois à juste titre la méthode : étude-réalisation, afin d’aller plus vite. Je tiens à dire que le planning de ce projet sera respecté. Les travaux doivent durer 36 mois. Ces travaux ont été lancés en mai dernier et en mai 2017 les travaux seront achevés. C’est l’un des projets des grandes réalisations. Nous devons à notre niveau tout mettre en œuvre sous la coordination du Premier Ministre pour que les délais soient respectés, il faut déverrouiller tous les goulots d’étranglement.

© Camer Post – Propos recueillis par Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz