Cameroun – Jean Claude Alima : Fabien Omboudou n’a pas de vécu dans le Canon. C’est un rapt !

Jean Claude Alima, Président du Comité Provisoire de Gestion de Canon | © CAMERPOST/ONE
Jean Claude Alima, Président du Comité Provisoire de Gestion de Canon | © CAMERPOST/ONE

Jean Claude Alima, le Président du Comité provisoire de Gestion parle de ses projets en faveur de Canon de Yaoundé.

Vous attendiez vous à être à la tête de Canon de Yaoundé ?

Oui ! Il n’y a aucun hasard à cela. Nous savons comment les choses marchent au sein de Canon. Nous nous sommes donc organisés en conséquence. Les instances dirigeantes du club savaient qu’il faudrait un Comité provisoire de gestion, qui m’a donc été confié le 6 novembre. Les sages sont satisfaits de ce que nous avons fait depuis, mais davantage de ce que nous voulons mettre en place. J’étais certain que l’Assemblée générale accepterait que j’occupe définitivement cette place.

Quelle sera votre première action ?

Nous ne commençons pas aujourd’hui. En fait nous poursuivons le travail que nous avons initié. Il faut préparer le prochain Championnat. Il faut bien que les canonniers se retrouvent dans leur équipe. Nous devons les amener à prendre gout aussi bien aux rencontres officielles qu’aux séances d’entrainement. Nous nous sommes déjà mis au travail. Les séances d’entrainement sont intenses et vont se poursuivre. Nous serons plus exigeants envers les encadreurs et les joueurs. Ils seront d’aplomb le moment venu.

Le Conseil a dit tantôt que Canon est fait pour être Champion. Cela est-il possible cette année ?

Si tous les supporters sont unanimes. Je ne parle pas seulement de ceux qui ont pris part à l’Assemblée générale, mais de tous les supporters du nord au sud et d’est en ouest. Canon compte beaucoup de supporters dans le monde entier. Si tous se mettent ensemble Canon pourra de nouveau être Champion, et tirer la Ligue vers le haut.

Quel sera le budget de Canon de Yaoundé la saison prochaine ?

Ce serait vous tromper que de dire que j’ai proposé un budget au Conseil des Sages. Ils avaient plutôt besoin de quelqu’un qui comprenne vite. Un véritable interlocuteur en fait. J’ai compris les enjeux. Il y avait péril en la demeure. Il fallait tout de suite remettre de l’ordre pour que l’équipe puisse se reconstruire et gagner. Nous allons murir le projet en jouant. Nous ne pouvons procéder séparément. Les canonniers ont soif de victoires. Mon ambition est celle de tout président, celle de voir mon équipe gagner. Je veux rassembler tous les fils de Canon, remporter tous les matches. Ceci participe de la dynamique du football camerounais. Nous nous retrouvons en Ligue professionnelle avec un Canon dans lequel les camerounais ne se reconnaissent pas.

Parlez-nous de vos relations avec votre prédécesseur

Nous ne nous connaissons pas particulièrement. C’est quelqu’un qui a surpris tout le monde ! C’est via un dol qu’il se retrouve à la tête de Canon. C’était pratiquement un rapt. Il n’a pas de vécu dans le club. Nous ne pouvons donc pas nous connaitre. Serge Luanga, autrefois appelé Saint Kisito est l’école par laquelle je suis passé. Elle se trouve juste à côté. Nous avons un vécu. Nous sommes nés dans le club. Je ne parle pas des béti, ni des mvog mbi. Je Parle de tous les canonniers, quelles que soient leurs origines. Tous sont du canon. Il faut juste avoir canon dans l’âme, et apprendre le cas échéant qu’il s’agit d’une équipe de gagneurs.

Pourriez-vous collaborer avec lui si jamais il en manifestait le désir ?

Nous ne parlons pas de lui aujourd’hui. Un seul point est inscrit à l’ordre du jour, la reconstruction.

© CAMERPOST – Propos recueillis par Olivier Ndema Epo

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz