Cameroun : Issa Tchiroma accuse trois quotidiens privés d’atteinte à la déontologie – 14/04/2015

Issa TCHIROMA, Ministre camerounais de la Communication
Issa TCHIROMA, Ministre camerounais de la Communication.

Le Conseil national de la communication (CNC) du Cameroun vient d’être saisi de plaintes du ministre de la Communication (MINCOM), Issa Tchiroma Bakary, contre les quotidiens à capitaux privés Emergence, Le Messager et Mutations, accusés d’atteintes à la déontologie pour avoir évoqué l’état de santé du chef de l’Etat Paul Biya, a appris APA de source officielle.

Il est reproché à la première publication citée, à travers le ‘’titre péremptoire” : ‘’Paul Biya… gravement malade”, une reprise du site français Le Monde-Afrique, de n’avoir pas procédé aux recoupements d’usage.

Le journal Emergence est donc accusé de ‘’propagation de fausses nouvelles”, de ‘’violation flagrante de la déontologie journalistique”, d”’atteinte à l’honneur, à la dignité et à la réputation du chef de l’Etat” qui ‘’écorne gravement l’image de marque du Cameroun au sein de l’opinion publique”.

Il est, pour sa part, reproché à Mutations d’avoir ‘’publié dans son intégralité et sans aucune réserve de sa part, l’article mensonger” de Le Monde-Afrique, toute chose qui constitue une ‘’coaction” de délit ‘’de propagation de fausses nouvelles, constituant en tout état de cause une grave atteinte à l’éthique et à la déontologie journalistique”.

Quant au Messager, il est poursuivi pour s’être intéressé de trop près à un photomontage publié sur le site de la présidence de la République et représentant Paul Biya se recueillant devant les dépouilles de 39 soldats morts au front de la guerre contre la secte islamiste nigériane Boko Haram, alors qu’il se trouvait en séjour privé en Europe et que l’élément fut rapidement supprimé, suite à la levée de boucliers qu’il suscita voici un mois.

Pour Issa Tchiroma, en titrant : ‘’Après avoir déserté… le chef de l’Etat nargue les soldats”, cette publication laisse croire que Paul Biya a ‘’abandonné à leur sort les soldats au front”, qu’il est lui-même ‘’le commanditaire du photomontage incriminé, pour faire croire qu’il avait personnellement présidé la cérémonie d’hommage à 39 soldats”.

A travers son ‘’caractère séditieux” et son ‘’affirmation insidieuse”, l’article y relatif est, selon le MINCOM, ‘’de nature à semer la confusion dans les esprits et à saper le moral” des forces de défense : ‘’Outre leur caractère diffamatoire, les propos véhiculés par cet article revêtent un véritable caractère séditieux, susceptible d’être assimilé à une intelligence avec l’ennemi.”

Les trois quotidiens privés, en même temps que Le Monde-Afrique, devraient donc répondre de ces allégations ‘’sans préjudice de poursuites judiciaires qui pourraient suivre”.

Le CNC, organe gouvernemental de régulation placé sous l’autorité du Premier ministre et majoritairement constitué de promoteurs ou de grands collaborateurs de médias privés, s’est signalé ces derniers mois en suspendant des titres ou des professionnels, voire en les excluant définitivement de la profession.

© CamerPost avec © APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz