Le Cameroun institue une «prime de qualité» pour les producteurs de cacao

Le ministre camerounais en charge du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, a annoncé par lettre circulaire l’institution, à compter de la campagne 2017/2018 lancée vendredi dernier dans la localité de Ntui (Centre), d’une «prime de qualité» qui versée en fin de campagne en faveur des producteurs ayant commercialisé un cacao reconnu comme tel.

Le Cameroun institue une «prime de qualité» pour les producteurs de cacao

Ladite gratification, allouée par le truchement de la quote-part de la redevance revenant au Fonds de développement des filières cacao et café (FODECC), viendra s’ajouter à celles habituellement octroyées par les acheteurs/exportateurs, avec pour ambition proclamée le relèvement du standard de ce produit de rente.

Le gouvernement, selon M. Mbarga Atangana, a «décidé de sonner la mobilisation générale, autant sur le front interne qu’au plan international» en procédant à la réduction de 50% du montant de la redevance à l’exportation, qui passe ainsi de 150 à 75 FCFA le kilogramme et de soutenir, d’une manière spéciale, le pouvoir d’achat des producteurs.

Ainsi aussi, a-t-il été annoncé la généralisation du système des ventes groupées du cacao par les producteurs et le recours systématique, à l’occasion de la négociation des prix, aux prix de référence publiés par le Système d’information des filières.

Dans le même ordre d’idées, le gouvernement a récemment doté les producteurs des bassins des régions du Sud-Ouest et du Littoral de fours de séchage modernes, question de combattre le phénomène d’odeur de fumée affectant négativement le label Cameroun sur le marché international, et d’équiper d’autres bassins en magasins de stockage et de groupage.

S’agissant de la transparence et de la lutte contre la fraude à l’exportation, des mesures sont actuellement implémentées dans le pays, avec la mise en place de la plateforme «E’force» et le renforcement, ajouté au durcissement des sanctions pouvant aller jusqu’au retrait temporaire de la déclaration d’existence et de la carte professionnelle.

En termes d’axes principaux d’action de la filière cacao, les pouvoirs publics camerounais ont indiqué avoir institué la juste rémunération des producteurs, la poursuite de la croisade contre les exportations frauduleuses, l’intensification de la lutte contre le phénomène du «coxage».

Il s’agit également de la densification de la promotion de la consommation des produits locaux dérivés du cacao, de l’extension du programme d’appui à l’organisation de la commercialisation (AOC) », sous l’autorité du CICC, de la poursuite et du renforcement de l’ensemble des programmes et projets conduits par le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC).

Le Cameroun, rappelle-t-on, ambitionne de produire 600.000 tonnes de cacao à l’horizon 2020, contre quelque 250.000 tonnes aujourd’hui dont environ 32.128 tonnes sont transformées localement.

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le Cameroun institue une «prime de qualité» pour les producteurs de cacao"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Paul Douala

comment peut-on relever une économie en soutenant ses différents secteurs dans la pure discrimination ? on éteint l’aviculture où on était en tête avant de vouloir sortir la cacao culture des l’ornière

wpDiscuz