Cameroun – Infrastructure : 37 milliards de FCFA pour la réhabilitation de la route Maroua-Mora

Midjiyawa Bakari, gouverneur de la région de l’ Extrême-Nord du Cameroun | Ph. Archives

La réunion d’évaluation en vue de la réhabilitation de cet axe routier a eu lieu en fin de semaine dernière. Le début des travaux, c’est pour bientôt.

La route Maroua-Mora deux villes importantes de la région de l’Extrême-nord est dans un état piteux. Toutes choses qui entravent grandement les déplacements des usagers et des marchandises. La fin du calvaire, c’est pour bientôt.

Les choses se reprécisent

Et, il était temps d’y penser car c’est véritablement un parcours du combattant pour les usagers qui vont faire les 60 kilomètres séparant les villes de Maroua-Mora dans la région de l’Extrême-nord du pays. La faute à la voie complètement dégradée. Une situation alarmante sur ce tronçon qui se fait en deux heures alors que jadis, il était couvert en 30 minutes seulement. Le conclave entre les pouvoirs publics et les partenaires internationaux pour aboutir à la décision du démarrage de la réhabilitation du trajet, a été le point d’orgue.

Du côté des autorités, le projet tient à cœur les pouvoirs publics « Les instructions fermes du ministre des travaux publics c’est de commencer les travaux au courant du mois de mars. Et le montant des travaux, c’est 37 milliards pour un linéaire de 60 km » a déclaré Abdouraman Welarban Nestor, le délégué régional des travaux publics de l’Extrême-nord.

En sa qualité de président de la commission régionale, le gouverneur de l’Extrême-nord insisté sur la sensibilisation des populations et l’aspect sécuritaire. Selon Midjiyawa Bakary a précisé « Il est important de mener une action toute azimuts. Des personnes qui seront concernées par ces indemnisations. Nous avons insisté sur l’aspect sécuritaire, à savoir, accompagner l’entreprise en impliquant les comités de vigilances qui aux côtés de nos forces de défense et de sécurité doivent jouer leur partition » a déclaré le gouverneur.

Tout pour réussir

Un discours fort à propos, le contexte sécuritaire aidant. L’on se rappelle que c’est non loin de là qu’un soldat camerounais avait été tué et dix civils chinois « probablement été kidnappés » dans la nuit de vendredi à samedi 17 mai après une attaque dans l’extrême-nord du Cameroun. L’attaque avait été attribuée aux islamistes nigérians de Boko Haram. Selon des sources médiatiques, les membres de la secte visaient le site d’une entreprise de construction chinoise. Heureusement, grâce au professionnalisme des soldats camerounais, les otages avaient été libérés saint et sauf.

Au cours d’une conférence de presse en date du 15 février, le ministre des travaux publics Nganou Djoumessi parlait pour le décrier que les chantiers ont souvent été attribués aux mains inexpertes. Il insinuait donc que leur du bricolage est terminée. Ainsi donc, selon le ministre une nouvelle approche de travail permettra de construire des routes de qualité et plus durables. C’est l’approche des contrats par niveau de service. Cette méthode en deux phases met un accent sur l’entretien curatif des routes et un entretien préventif des chantiers routiers. L’avantage étant, au finish, une route de qualité et une route durable. Les travaux de réhabilitation de la route Maroua-Mora doit durer 24 mois.

© CAMERPOST par Augustin TACHAM