Cameroun – Crise anglophone : le Redhac demande la libération inconditionnelle de tous les 71 activistes y compris les leaders

Maximilienne NGO MBE, directrice Exécutive du REDHAC. Image d’archives.

Au moment où la surveillance judiciaire vient d’être refusée aux leaders de la crise anglophone, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) réclame non plus seulement la libération de Fontem Afotek’a Neba, Felix Nkongho, mais au total celle de 71 personnes interpellées. Le contenu de la note publiée par le Redhac avec CAMERPOST.

La colère des membres du réseau

Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (Redhac) persiste à demander aux magistrats de tous les tribunaux à accorder la liberté provisoire sans conditions à tous les manifestants.  Dans une correspondance, il informe l’opinion nationale et internationale de ce qui suit: « le Ministre de la Communication, Porte-Parole du Gouvernement, M. Issa Tchiroma Bakary, lors d’une conférence de presse à Yaoundé le 23 mars 2017 avait reconnu que 61 activistes arrêtés dans le cadre de la crise dite anglophone entre novembre 2016-avril 2017, sont détenus à la Prison Centrale de Kondengui ».

En outre, les membres du réseau soutiennent avoir à leur possession une liste de 71 activistes tous accusés des motifs d’: «actes de terrorisme, rébellion, hostilité à la patrie, dégradations des biens publics, pillage en bande». Inquiets et préoccupés par les conditions de détention des manifestants qui croupissent dans les geôles de Kondengui, Bamenda et Buea, les auteurs de la note mettent en garde le Tribunal militaire contre toutes manœuvres qui consisteraient à libérer certains leaders, et à isoler puis condamner en toute discrétion les 69 autres au regard de l’article 2 de la Loi N° 2014/028 du 23 décembre 2014 portant « répression des actes de terrorisme ».

La Commission africaine des droits humains interpellée

Le Redhac a, par ailleurs, instruit les tribunaux où sont jugés tous les activistes de procéder à leur libération immédiate, sans condition et d’abandonner les charges qui pèsent contre eux. Il a aussi instruit à la Cadhp (Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples), tout en informant l’opinion nationale, régionale et internationale du dépôt auprès de ce mécanisme de l’Union Africaine de sa plainte contre l’Etat du Cameroun pour violation des articles 6 et 7 (1) de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite

 

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Cameroun – Crise anglophone : le Redhac demande la libération inconditionnelle de tous les 71 activistes y compris les leaders"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Bless Blessing

The earlier the better.

Boris Edoa

Mrd Mme l’avocate vous avez vraiment du courage.

Yang Greatness

how

Yang Greatness

Hi

ENOBE

Madame REDHAC pouvez vous demander inconditionnellement l’arrêt des destructions des biens publiques d’agressions des jeunes élèves , de Xénophobies envers les Francophones a BAMENDA, pauvre Idiote au service de la Pègre Occidentale…………..toi et ton ONG ( Agents étrangers) allez au Diable car vous ne réussirez pas a mettre le feu au Cameroun……..Bandes de traitres…………..

Leon Kana Ntolo

Nous sommes où la ? Vraiment

wpDiscuz