Cameroun : 28 personnels médicaux à l’école des gestes pour éviter la mortalité infantile

Cameroun : 28 personnels médicaux à l’école des gestes pour éviter la mortalité infantile

Il y a quelques heures s’est achevé à Douala un atelier de formation en réanimation néonatale et soins aux nouveau-nés, au profit de 28 personnels médicaux de la Fondation Ad Lucem Cameroun. Il était organisé par l’Institut Nestlé Nutrition Afrique et ses partenaires. Le but n’était autre que le renforcement des capacités des professionnels de santé de cet organisme, deuxième prestataire de soins après l’Etat, et présent sur toute l’étendue du territoire. Retour sur l’événement avec CAMERPOST.

Contribuer à sauver la vie des nouveau-nés

C’est avec joie et enthousiasme que des personnels médicaux ont suivi des enseignements à eux dispensés par les organisateurs comme voulu par l’Institut Nestlé Nutrition Afrique qui, depuis 2011, organise des programmes de réanimation néonatale pour former les professionnels de la santé, comme les pédiatres, généralistes, personnel infirmier et sages-femmes, à sauver la vie des nouveau-nés en détresse respiratoire.

Selon Solange Ekani, sage-femme, la formation a permis aux professionnels d’apprendre des interventions simples, comme le séchage, le réchauffement, le dégagement des voies respiratoires, l’activation de la respiration et la ventilation par ballon et masque pendant la première minute, qui permettent de sauver la vie des nourrissons ; mais aussi la méthode mère kangourou et les besoins nutritionnels du prématuré, qui aident à sauver la vie des bébés nés avant terme.

L’OMS engagée dans la lutte contre la mortalité infantile

Une initiative louable quand on sait que selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près d’un quart des décès mondiaux de nouveau-nés sont causés par une asphyxie à la naissance. Il s’agit de l’une des trois premières causes de décès néonataux, eux même représentant environ 40% de la mortalité chez les moins de 5 ans. Selon l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) Cameroun 2014, la mortalité néonatale est de 28 pour mille et les principales causes sont l’asphyxie, les infections, et la prématurité.

Par ailleurs, il est dit que la naissance prématurée et un faible poids à la naissance sont deux complications des grossesses qui peuvent nécessiter l’utilisation de la réanimation néonatale. Effectuée de façon efficace, cette intervention qui aide les nourrissons à respirer à la naissance peut contribuer à éviter un grand nombre de décès infantiles.

© CAMERPOST – Toute reproduction interdite