Cameroun – Indépendance la justice : Le plaidoyer des avocats à Douala

Nico Halle, président de l’assemblée générale de l’Ordre des avocats au barreau du Cameroun | © Nico Halle & Co.
Nico Halle, président de l’assemblée générale de l’Ordre des avocats au barreau du Cameroun | © Nico Halle & Co.

A la faveur de ce regroupement, les hommes en robes noires se pencheront sur les problèmes que connaît la profession.

Hasard de calendrier peut-être. Mais la capitale économique accueille l’assemblée générale de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun après une sortie forte du premier président de la Cour suprême sur les erreurs judiciaires et leurs ravages sur les citoyens. L’écho de l’audience solennelle de rentrée de la haute juridiction retentira encore demain à Douala. A la faveur de ce regroupement. Les hommes en robes noires diront certainement quelque chose sur l’indépendance de la justice, le comportement des avocats vis-à-vis des clients, le dilatoire… bref toutes ces choses qui entretiennent polémiques, suspicion et incompréhension entre les acteurs du système judiciaire. Le premier président de la Cour suprême et le procureur général près ladite cour, ont respectivement interpellé les avocats, accusés de produire à une vitesse de tortue, des documents. Conséquences d’une telle démarche : renvois des procès et méfiance des justiciables vis-à-vis de la justice. Le président de l’assemblée générale de l’Ordre des avocats au barreau du Cameroun, Nico Halle, aura certainement une position sur cette problématique d’indépendance de la justice. Ses positions sur la lutte contre la corruption et une justice équitable sont connues. A la suite du premier président de la Cour suprême, il est évident que son allocution abordera la part de responsabilité des avocats camerounais, en tant que partie prenante du système judiciaire, sur les erreurs judiciaires sans oublier leur comportement vis-à-vis des clients.

En prélude à ce regroupement, la mobilisation est grande en ce moment à Douala pour la réussite de cette AG qui verra la participation d’un représentant de la chancellerie. Mais on sait aussi que depuis l’élection du bâtonnier de l’ordre en février 2015, c’est la première fois que l’Assemblée générale se réunit. L’ordre des avocats au barreau du Cameroun, c’est à ce jour près de 4000 membres. Pour ce qui est de son organisation, les organes de fonctionnement de l’ordre sont : l’Assemblée générale, son président, le conseil de l’ordre, le bâtonnier de l’ordre, le secrétaire de l’ordre et le trésorier de l’ordre. Dans un contexte marqué par la lutte contre la corruption, la lutte contre le terrorisme et le développement des projets structurants, le Cameroun a besoin d’une justice qui protège les droits de l’homme, les investissements de ceux qui lui font confiance et surtout la loi. Dans cette option, la part qui revient aux avocats est importante en leur qualité d’auxiliaires de justice. C’est pour ce que l’accent est mis depuis un certain temps sur la formation. En ce moment, 1500 avocats stagiaires sont formés par le barreau. A leur sortie, ils doivent travailler dans un environnement qui devra leur éviter de succomber à la tentation. Tout doit être fait en tout cas pour que les jeunes avocats ne soient pas des vecteurs de corruption. L’Assemblée générale de de Douala permettra à ces professionnels de parler de ces questions sans fioritures pour que les Camerounais aient à leur disposition, des avocats qui les aident, avec les armes du droit, à combattre la corruption et toute forme de décadence morale.

Source : © Cameroon Tribune

Par Armand ESSOGO