Cameroun – Indemnisation des déguerpies du port de Kribi : comment Joseph André Eyebe Eyebe, le sous-préfet de Bangangté, a été arrêté

André Eyebe Eyebe, le sous-préfet de Bangangté | DR
André Eyebe Eyebe, le sous-préfet de Bangangté | DR

Le chef de terre a été surpris dans son bureau. Alors qu’il travaillait tranquillement

L’arrondissement de Bangangté est sans sous-préfet depuis le 4 mai dernier. Joseph André Eyebe Eyebe qui occupait le poste, a été interpellé ce jour-là par des éléments de la gendarmerie spécialement commis pour la tâche. D’après des sources dans le chef-lieu du département du Ndé, le chef de terre était à son bureau lorsqu’ont subitement débarqué des hommes en tenues à sa recherche. Après l’avoir extirpé, le bureau qu’il occupait a été scellé. Joseph André Eyebe Eyebe a par la suite été conduit manu militari vers la capitale politique camerounaise, où il a été notifié des faits qui lui sont reprochés, puis placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui.

Port en eau profonde de Kribi

Selon des sources concordantes, le sous-préfet de Bangangté est ainsi rattrapé par les casseroles qu’il traine depuis environ six ans, lorsqu’il officiait dans le département de l’Océan. Alors secrétaire d’administration affecté au service du domaine de la délégation départementale du domaine, des cadastres et des affaires foncières pour l’Océan, il fait partie des personnes impliquées dans la gestion des dossiers relatifs à la l’indemnisation des personnes déguerpies du site de construction du port en eau profonde de Kribi. Seulement, pendant le déroulement de l’opération, Joseph André Eyebe Eyebe et d’autres fonctionnaires, auraient floué les véritables ayants droit. Notamment à partir de la fabrication de faux titres fonciers qui auraient permis à des personnes n’étant pas concerné par les indemnisations, de percevoir indument de colossales sommes d’argent, au détriment des véritables propriétaires des parcelles sur lesquelles ce projet structurant allait être implanté. Alors que ces derniers clamaient que tout s’était bien, les éclats de voix ne cessaient cependant à se faire entendre. A plusieurs reprises, les personnes déguerpies sont montées au créneau pour condamner la filouterie. Bloquant parfois le déroulement des travaux. Leurs plaintes ont été à l’origine de ce coup de filet. Pendant que le dossier brûlait, Joseph André Eyebe Eyebe opte de retourner à l’Ecole normale d’Administration et de Magistrature (Enam) pour en ressortir Administrateur civil principal. Immédiatement, il est affecté dans le département du Wouri comme 1er adjoint préfectoral jusqu’à sa nomination comme sous-préfet de Bangangté le 6 avril 2016. Installé le 25 avril, Joseph André Eyebe Eyebe, a juste passé quelques jours dans ses nouvelles fonctions, avant d’être happé apprend-on, pour sa gestion peu orthodoxe d’un dossier d’une extrême sensibilité.

Joseph André Eyebe Eyebe n’est pas le seul qui séjourne actuellement à Kondengui dans le cadre de cette affaire. Il y est avec plusieurs autres fonctionnaires, une dizaine, en service dans le département de l’Océan à l’époque des faits.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Vivien Tonfack

  • Fin du systheme

  • N’importe qu’est ce le sous préfet de Bangangté faisait à Kribi ? Ou bien Bangangté se trouve maintenant dans le département de l’océan ? À bon entendeur salut !

  • Il faut parfois bien filtrer les informations publiés sur vos pages, n’importe quoi !

  • Constant Fongang ,lisez au moins tout l’article avant de vous plaindre de ce qu’on ne sait même pas !!! Hum Si vous étiez médecin/chirurgien, on dirait que vous serez tout le temps en train d’opérer vos patients sans les écouter jusqu’au bout.