Cameroun – Incidents techniques : le scandale des discours interrompus de Paul Biya

Le scandale des discours interrompus de Paul Biya | © PRC/Archives
Le scandale des discours interrompus de Paul Biya | © PRC/Archives

La télévision nationale a plusieurs fois, sous l’ex Directeur général, « saboté » les messages et évènements du chef de l’Etat.

Amadou Vamoulké et « sa » Crtv n’ont pas seulement fait la propagande de la vie et des activités du chef de l’Etat et de son régime, pendant ses onze années de règne à la tête de la télévision à capitaux publics. Quelques fois, l’image de Paul Biya a été sujette à des scandales orchestrés volontairement ou non par l’Office national de télévision et de radio qui a généralement évoqué « un problème technique » pour se dédouaner. Tenez, l’un de ces incidents techniques – ou technologiques même – est survenu le 10 février 2013, lorsque la diffusion de la traditionnelle adresse du président de la République à la jeunesse camerounaise a été marquée, par une subite disparition de l’image présidentielle des écrans de télévision « pendant deux minutes ». Bien que la Crtv se soit rattrapée pour la seconde diffusion de 22 heures, cet incident – rapidement circonscrit à sa dimension purement « technique » par quelques sources autorisées – n’avait pas été du goût de tout le monde. En particulier, les services de la Direction générale pour la recherche extérieure (Dgre) qui se sont faits fort d’y voir plus clair à l’époque, en auditionnant l’ex directeur de la Cameroon radio television, Amadou Vamoulké.

Mais ce n’était pas la première fois qu’une prestation télévisée du président de la République soit entachée d’une irrégularité technique, comme on s’était laissé dire. Car quelques mois plus tôt, alors que Paul Biya prononçait un discours de circonstance à la faveur de la cérémonie de pose de la première pierre du barrage de Lom Pangar, la transmission connut une mémorable interruption. Et il se peut alors que le management de la Crtv qui avait été interpelé, dut mettre en cause une malencontreuse « manœuvre » d’un élément de la Garde républicaine. L’affaire fit long feu, mais sans véritablement exploser. Beaucoup pouvaient alors croire que Vamoulké et « sa » Crtv en avaient terminé avec Paul Biya. Que non ! Le 05 janvier 2016, les téléspectateurs du média à capitaux publics ont été surpris, vers 17h (heure locale), de ne plus capter cette chaine afin de suivre la suite des manifestations consacrées à la présentation des vœux au président de la République, Paul Biya, notamment la traditionnelle soirée de gala très regardée pour des présences souvent insolites que l’on découvre généralement à cette « grande » cérémonie.

A l’époque, des informations de La Nouvelle Expression ont révélé que le signal de la chaine d’Etat a été coupé par son fournisseur, Eutelsat, pour facture impayée. Ce qu’avait ensuite confirmé l’ex Dg, Amadou Vamoulké qui expliquait alors sereinement, que toutes « les dispositions » à son niveau avaient été prises pour régler sa dette. Et qu’il a même mis à contribution le ministre des finances pour l’accélération du règlement de cette facture. « Nous croyions qu’on s’était bien compris quand à notre grande surprise disait-il, notre partenaire nous fait ce coup. A l’occasion d’une cérémonie à l’échelle nationale, surtout qui implique le président de la République. Nous nous demandons si c’est comme cela que notre partenaire croit qu’on peut poursuivre cette collaboration ». C’est en tout cas lui qui ne pourra plus poursuivre son règne à la Crtv.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Arthur Wandji

  • Yesoooooh Vamoulké anguille sur roche !! ton dossier semble lourd mon frere