Cameroun – Identification des abonnés : Des lignes de téléphone mobile suspendues

Minette Libom Li Likeng, la Ministre des Postes et Télécommunications, supervisant l’identification des abonnés de téléphonie mobile | © MTN Cameroon /Illustration
Minette Libom Li Likeng, la Ministre des Postes et Télécommunications, supervisant l’identification des abonnés de téléphonie mobile | © MTN Cameroon /Illustration

Les opérateurs ont procédé, dès le 1er juillet dernier, à la désactivation des puces non-identifiées. Des réactivations sont en cours.

« Numéro non-attribué ». Le gouvernement et les opérateurs de téléphonie mobile sont passés de l’ultimatum à la sanction. Ils ont procédé, à partir du 1erjuillet dernier, à la suspension progressive des abonnés non-identifiés. Vendredi dernier, Orange a annoncé dans un communiqué, la désactivation des puces des clients qui n’ont pas pu se faire identifier dans les normes au 30 juin 2016.

« Toutes les lignes téléphoniques suspendues ne peuvent plus émettre d’appels, ni de SMS, ni accéder à internet », précise le document. Pareillement, selon Parfait Nguele Ze, chef de l’agence commerciale de Camtel (Jamot), l’opérateur a lancé la désactivation des puces dès le lendemain de la fin de la période d’identification. Une équipe du ministère des Postes et Télécommunications (MINPOSTEL) séjourne actuellement à Douala pour évaluer le nombre de cartes SIM désactivées chez l’ensemble des opérateurs.

Mais déjà, l’agence Camtel de Jamot peut se réjouir d’être rentrée dans ses chiffres. Car, deux semaines avant la clôture de l’opération, l’agence de Camtel était presqu’au terme du processus. « Nous avons eu plus de 90% de participation. Le reste des lignes ont été suspendues. Nous n’avons pas reçu de plaintes. Ces lignes étaient sûrement non utilisées ou abandonnées par des clients », explique Parfait Nguele Ze. A Nexttel, le processus avait atteint les 80% quelques jours avant la fin de l’identification. Dans la même lancée, le délégué régional du MINPOSTEL pour le Sud-Ouest, Nkwelle Epie, a fait le point sur le processus d’identification dans la région. Il en ressort qu’au 1er juillet 2016, le taux d’identification se trouvait entre 70 et 75% en particulier dans les zones urbaines.

Toutefois, il est possible, pour les abonnés sanctionnés, de rétablir leurs lignes après identification auprès des différents opérateurs. Ceux-ci doivent se présenter dans les points d’identification munis de leur carte nationale d’identité, du passeport ou de la carte de séjour pour les étrangers résidants au Cameroun. Le rétablissement ne nécessite pas de changement de numéro de téléphone. C’est ainsi que tout au long du week-end dernier, des abonnés se rendaient au compte-goutte dans les centres d’identification de MTN pour régulariser leur situation.

Source : © Cameroon Tribune

Par Marilyne NGAMBO TCHOFO