Cameroun – Humeur : Vers un soulèvement populaire à Douala à cause des coupures d’électricité – 05/06/2015

Paul Biya a reçu un rapport alarmant au sujet d'un risques de soulèvement populaire à Douala suite aux coupures d’électricité | DR
Paul Biya a reçu un rapport alarmant au sujet d’un risques de soulèvement populaire à Douala suite aux coupures d’électricité | DR

Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, a reçu jeudi un rapport alarmant des services de sécurité de la région du Littoral, qui abrite la métropole économique, Douala, au sujet de risques d’un soulèvement populaire découlant du retour des dures et longues coupures d’électricité, a-t-on appris de sources introduites.

Le document, apprend-on, pointe un doigt accusateur sur de hauts cadres de l’opérateur ENEO, qu’on soupçonne de détourner une bonne quantité de fuel lourd fourni par la Société nationale de raffinage (SONARA), destiné à approvisionner les centrales thermiques de la zone qui alimentent en grande partie Douala et ses environs.

‘’Le gouvernement redoute la survenue d’une étincelle à l’instar des mouvements d’humeur de fin février 2008 qui avaient embrasé une bonne partie du pays, faisant officiellement 42 morts”, a confié à APA un haut gradé de la police sous le sceau de l’anonymat.

En effet, partie d’une protestation de transporteurs contre la hausse des prix des carburants à la pompe, la grogne s’était vite transformée en manifestations de défiance contre le gouvernement, les revendications ayant débouché sur des manifestations contre la vie chère.

A ENEO même, on attribue la situation actuelle à une ‘’crise hydrologique” consécutive à ‘’un épuisement sévère des stocks d’eau” dans les barrages réservoirs le fleuve Sanaga, le plus important du pays et qui abrite la centrale de Songloulou. Il accuse un déficit inhabituel de l’ordre de 1,6 milliard de mètres cubes d’eau comparé à la même période en 2014.

Comme pour confirmer le malaise le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, dans son édition de jeudi, indiquait que les deux principaux fournisseurs du réseau électrique méridional de la compagnie d’électricité ‘’ne produisent donc pas au mieux de leurs capacités. Conséquence : 100 mégawatts manquent à la distribution”.

Toutefois, se basant sur les ‘’meilleures prévisions”, la publication affirme que ‘’la Sanaga devrait retrouver son état normal dans deux à trois semaines”.

© CamerPost avec © APA