Cameroun – Huile de palme brute : La Socapalm menace d’augmenter les prix

La Socapalm menace d’augmenter les prix | ©  Flickr/Illustration
La Socapalm menace d’augmenter les prix | © Flickr/Illustration

C’est ce que vient de révéler le Mouvement national des consommateurs au cours d’un point de presse donné à Yaoundé.

La hausse du prix de l’huile de palme n’est pas encore effective, mais elle inquiète déjà. Car d’après le président de du Mouvement des consommateurs qui s’est entretenu avec la presse ce 11 novembre 2015 à Yaoundé, elle est sur les rails. « Il m’est revenu de source bien informée que la Socapalm que vous connaissez, très longtemps privatisée, actuellement entre les mains des chantres du capitalisme inhumain, propose aux pouvoirs publics de relever le prix du litre d’huile de palme brute ».  Alphonse Issi indique que la Société des palmeraies du Cameroun n’est pas à sa première tentative. « Il est à noter que ces mêmes investisseurs avaient tenté sans succès il y a quelques mois, d’amener le gouvernement à prendre pareille décision impopulaire et hasardeuse », rappelle-il.

 Ce prix passerait alors de 600 Fcfa à 700 voire 800 Fcfa. Pour le président du Mouvement national des consommateurs, cette hausse subite du prix du litre d’huile de palme brute n’a pas sa raison d’être. « Rien ne justifie aujourd’hui le relèvement du prix du litre d’huile de palme brute. Economiquement, Socapalm n’argumente pas sa proposition. Il est prouvé que l’entreprise n’a pas fait de nouveaux investissements pour l’extension de ses plantations. Ses frais de production restent les mêmes depuis 2008 », insiste-t-il.  Au contraire, Socapalm a plutôt orienté son investissement dans un autre secteur, notamment l’hévéa. Le président du Mouvement National des Consommateurs estime que compte tenu de la masse de plus en plus importante des consommateurs d’huile de palme brute, cette option « vise des intérêts inavoués ».

Il faut rappeler que l’huile de palme brute est très prisée par les ménages, notamment ceux des villages dont les revenus sont minables pour la plupart. La hausse du prix de cette denrée de première nécessité pourrait donc les asphyxier. Ce qui pourrait entraîner des conséquences fâcheuses, notamment le soulèvement des populations. C’est ce que veut éviter le Mouvement des National des Consommateurs. « C’est notre contribution à la promotion de la paix et la stabilité sociales », soutient-il.

 

© CAMERPOST par Achille Nayé