Cameroun – Hôpital central de Yaoundé : des chambres haut-standing sans moustiquaires imprégnées

Entrée de l'hôpital central de Yaoundé | Photo d'illustration
Entrée de l’hôpital central de Yaoundé | Photo d’illustration

Le Ministère camerounais de la Santé publique procède en ce moment à une campagne de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées dans certaines régions du pays. Paradoxalement dans les hôpitaux publics plusieurs chambres d’hospitalisations et autres pavillons ne disposent pas de moustiquaires imprégnées.

« Mon fils a été victime d’un accident de la circulation. Il a été interné dans un pavillon haut-standing de l’hôpital central de Yaoundé. Il y’a quelque jours un palu lui a été diagnostiqué pourtant à son entrée dans cette formation il se portait bien. En réalité dans sa chambre qui nous coute environ 50.000Fcfa par jour il n’y a pas de moustiquaire ». souligne à Camerpost une garde malade. Selon elle il est inadmissible et incompréhensible qu’une telle légèreté soit observée dans une aussi grande formation sanitaire. Pour en savoir d’avantage nous avons tenté de rencontrer un responsable de cette formation sanitaire. Sous anonymat, il nous a confié que : « certaines personnes ne supportent pas de dormir sous la moustiquaire. Parfois des patients refusent formellement d’utiliser ces moustiquaires qui sont pourtant disponibles. Nous déplorons également l’incivisme de certaines personnes qui lorsqu’elles sont guéries partent avec les moustiquaires dans leurs bagages, dans ces cas que pouvons-nous faire ? Il faut également tenir compte du délai d’efficacité de ces moustiquaires qui est de moins de cinq ans au-delà il faut soit les ré imprégner soit les changer ». Toujours selon ce responsable, le ministère de la santé prévoit toujours une certaine quantité pour les hôpitaux publics. Dans la pratique les services de pédiatrie et les maternités sont privilégiés. Cela s’explique par la vulnérabilité des femmes enceintes et des nouveaux nés et des enfants. Alors qu’une campagne de distribution de moustiquaires imprégnées a cours  dans certaines régions du pays, il serait souhaitable d’éviter de tomber dans le cas de figure du cordonnier mal chaussé. C’est également l’occasion de s’interroger sur le circuit de distribution de ces moustiquaires et les acteurs engagés, d’autant plus qu’on retrouve très souvent les Milda dans les grandes surfaces et les marchés. Les moustiquaires imprégnées sensées faire l’objet d’une distribution gratuite se retrouvent en vente libre dans les commerces.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER