Cameroun : Hommage à Rosette Mboutchouang

Hommage à Rosette Mboutchouang | Ph. © CT

Les funérailles de la défunte maire de Bangou ont eu lieu samedi dernier à Bandenkop, en présence du représentant personnel du chef de l’Etat, le ministre Bidoung Mkpatt.

Une foule immense a pris part le 25 février 2017 à la Place des fêtes de Bandenkop (arrondissement de Bangou, département des Hauts-Plateaux, région de l’Ouest) aux funérailles grandioses de la regrettée Rosette Mboutchouang, mère de l’épouse du chef de l’Etat, décédée le 2 octobre 2014 pendant qu’elle présidait aux destinées de la commune de Bangou (2007-2014). Le chef de l’Etat était représenté à la cérémonie par le ministre des Sports et de l’Education physique, Bidoung Mkpatt. Célébrées dans la pure tradition bamiléké, les funérailles se sont déroulées en présence du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, de nombreux membres du gouvernement, des autorités administratives et traditionnelles locales, des opérateurs économiques de renom et des populations venues de plusieurs régions du pays. L’acte final de la célébration a été la remise, autour de 13h30 mn, au représentant personnel du président de la République, d’un portrait de la défunte magnifiquement décoré.

C’était par les bons soins du chef supérieur Bandenkop, Sa Majesté Francis Homsi Feze, qui venait de prononcer un discours dans lequel il a remercié « de façon exceptionnelle le président Paul Biya, qui s’est personnellement investi pour l’organisation de cette grande cérémonie traditionnelle ». Il a aussi remercié la première dame, Mme Chantal Biya, « dont l’implication pour la programmation et l’organisation de ces funérailles a été déterminante ». Il a saisi cette occasion pour rappeler à la famille que dans la tradition Bamiléké, le siège d’une reine-mère ne saurait rester vacant. Raison pour laquelle il l’a invitée à la concertation et dans un délai raisonnable, afin de proposer à la chefferie Bandenkop un successeur au trône de la reine Mefe Siligap Rosette Mboutchouang. Avant le chef, l’époux de la défunte, Ernest Mboutchounag, a pris la parole pour dire merci au Comité d’organisation et à tous ceux qui ont contribué au succès de ces funérailles. Cette ultime étape a été précédée par les lamentations et de longues processions.

Développement

On a ainsi vu passer sur la scène, entre autres, des délégations de groupes de danses traditionnelles ; celles des maires ; du CERAC ; des reines-mères de l’Ouest ; de la belle-famille venue des régions du Centre, du Sud et de l’Est ; des militants du RDPC, etc. Auparavant, une messe pontificale a été présidée sur les lieux par l’évêque de Bafoussam, Mgr Dieudonné Watio, assisté de l’évêque auxiliaire, Mgr Emmanuel Dassi. Pendant la messe de suffrage en mémoire de Rosette Mboutchouang, Dieudonné Watio a recommandé son âme au Seigneur. Dans son homélie, il a déclaré que l’amour véritable est source de vie éternelle. La parole de Dieu est toujours une parole d’amour. Saint Jean qui nous inspire aujourd’hui (samedi, Ndlr), a-t-il ajouté, « nous indique le chemin que nous devons suivre comme chrétien et chrétienne pour éterniser notre vie d’homme et de femme à l’exemple de Jésus qui a donné sa vie pour nous ».

Au tout début de la cérémonie, l’actuel maire de Bangou, Charles Nana, dans son mot de bienvenue, a affirmé que la défunte était sur tous les fronts du développement de sa commune, citant parmi ses réalisations, le bitumage du Boulevard mairie-sous-préfecture de Bangou, qui porte d’ailleurs son nom.

Source : © Cameroon Tribune

Par Rousseau-Joël FOUTE

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz