Cameroun : Haro sur le non-respect des traitements phytosanitaires

Jules Momaso, président du syndicat national des sociétés de traitements, d’hygiène, d’assainissement et des revendeurs du matériel phytosanitaire (Synsthar-Phyto) | © CAMERPOST / Linda Mbiapa

C’est l’un des problèmes qui minent les secteurs de la santé et de l’environnement ainsi que la filière phytosanitaire. A en croire Jules Momaso, président national du Syndicat  national des sociétés de traitements, d’hygiène, d’assainissement et des revendeurs du matériel phytosanitaire (Synsthar-Phyto), tout va mal. « Plusieurs maux persistent. Notamment : les traitements phytosanitaires qui ne sont toujours jamais respectés, la présence massive des aventuriers, les denrées alimentaires qui ne sont pas assainies », affirme le président à CAMERPOST. Il poursuit : « il y a trop de problèmes que ce soit sur le plan environnemental, que ce soit sur le plan de la santé. Rien ne bouge. L’insalubrité est avancée dans tous les secteurs d’activité qui concernent le domaine phyto; des usines continuent de produire des produits frelatés ».

Par ailleurs, la filière phytosanitaire ne se porte pas bien au pays. Ceci à cause de la délivrance des agréments de distributions à des amateurs, la contrefaçon, le harcèlement administratif des opérateurs du secteur formel. Toutes choses qui sont la cause de la baisse de la production agricole. CAMERPOST a appris qu’au moins 7 milliards de F Cfa, soit 30% du marché national des pesticides au pays sont issus du commerce illicite. Une grosse perte pour les entreprises du secteur, l’Etat et les planteurs.

C’est pour ce qui vient d’être dit que le Syndicat  national des sociétés de traitements, d’hygiène, d’assainissement et des revendeurs du matériel phytosanitaire (Synsthar-Phyto) entend, dans les prochains jours, descendre sur le terrain pour aller traquer ceux-là qui ne veulent pas respecter la santé humaine.

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz