Cameroun – Handicap visuel : une campagne pour autonomiser les personnes touchées

Une campagne pour autonomiser les personnes touchées par un handicap visuel | Illustration/DR
Une campagne pour autonomiser les personnes touchées par un handicap visuel | Illustration/DR

C’est l’objectif que vise l’association Ici et Là-bas. Dans le cadre du « Blind Campaign Tour 2016 », les membres de ce regroupement veulent sensibiliser les populations sur la nécessité d’autonomiser les personnes atteintes d’un handicap visuel. « Ainsi du 15 août au 9 septembre, nous organiserons des descentes sur le terrain à Bonabéri et ses environs, à Logbaba, Kotto, Bépanda, Bonanjo, etc. Au programme, il y aura des réalisations des films-documentaires dans les villes de Douala et Yaoundé », font savoir les organisateurs.

CAMERPOST apprend d’eux qu’au Cameroun, les handicapés sont estimés à près de deux millions neuf cent dix mille (2 910 000) selon le recensement général de la population et de l’habitat publié le 14 avril 2014. Les handicapés visuels constituent eux près de 10,9% de cette population. Sur le plan législatif, leur importance semble à la fois garantie et reconnue par un ensemble de lois. A l’instar de la loi n°96/06 du 18 janvier 1996 portant révision de la Constitution du 2 juin 1972 qui indique : « la nation protège et encourage la famille, base naturelle de la société humaine. Elle protège la femme, les jeunes, les personnes âgées et les personnes handicapées ».

Dans le même sillage on parle aussi des lois n°83/13 du 21 juillet 1983 et n°2010/002 du 13 avril 2010 relatives à la protection et la promotion des personnes handicapées ; le décret n°2009-096 du 16 mars 2009 portant création, organisation et fonctionnement du Centre national de réhabilitation des personnes handicapées.

Par ailleurs, pour le président de l’association Ici et Là-bas, Christian Kwessi, lui qui est un aveugle depuis le 21 novembre 2007 : « mon défi est d’œuvrer pour que les handicapés visuels camerounais sortent enfin de l’obscurité. Aujourd’hui, je lis, j’écris en braille intégral et abrégé, j’utilise un ordinateur avec plage braille et synthèse vocale pour mes travaux de bureautique ». Ce dernier s’est battu et voudrait également que les autres en fassent de même car, être handicapé visuel ne fait pas du concerné une personne à part entière. L’handicapé peut vivre comme les personnes normales, et c’est ce qui, en soi, constitue le leitmotiv de Christian Kwessi. Louable initiative !

© CAMERPOST par Linda Mbiapa

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz