Cameroun – Grand prix cycliste Chantal Biya : la compétition prend de l’envergure

Le Grand prix cycliste Chantal Biya prend de l’envergure | Ph. © CT
Le Grand prix cycliste Chantal Biya prend de l’envergure | Ph. © CT

Même si la victoire finale a échappé aux Camerounais, la course a encore gagné en notoriété.

Sur le plan sportif, après 578km répartis en quatre étapes, la 16e édition du Grand prix international cycliste Chantal Biya a été relevée. Hormis le déroulement de la dernière étape entre Sangmélima et Yaoundé, où Martial Roman, le coureur de la sélection Auvergne Rhône-Alpes a conservé son maillot jaune, la tunique du premier au classement individuel au temps a toujours changé. L’Ivoirien Cissé Issiaka et le Suisse Dimitri Bussard l’ont aussi porté. Les quatre étapes ont également eu des lauréats différents : Cissé Issiaka, Martial Roman, Soufiane Sahbaoui (Maroc) et Jean Bosco Nsengimana (Rwanda). L’allure de la course a connu des pics comme lors de la 1ère étape entre Yaoundé et Bafia, où Cissé Issiaka est arrivé une vingtaine de minutes avant les prévisions des organisateurs.
La seule ombre au tableau vient des Camerounais à qui le maillot jaune a, une nouvelle fois, échappé comme c’est le cas depuis 2013 et la victoire d’Yves Ngué Ngock. Les cyclistes locaux n’ont du reste pas remporté de victoire d’étape. Pour d’aucuns, certaines équipes invitées étaient clairement au-dessus des Camerounais qui manquent de compétitions. Pour d’autres, l’absence de Jérémie Nzeke et celle de Damien Tekou pourraient avoir été handicapantes. « Hervé Raoul Mba avait peut-être une équipe un peu plus faible que d’habitude, mais Clovis Kamsong Abossolo lui a donné un gros coup de main », pense Jean-Pierre Coppenolle, le commissaire de l’Union cycliste internationale (UCI). Mais pour Dieudonné Ntep, l’entraîneur national, « C’est un non évènement. Je ne vois pas pourquoi on parlerait de leur absence. Lorsqu’un coureur est sanctionné par son club, nous ne pouvons pas le prendre dans l’équipe nationale. Nous avions les meilleurs coureurs disponibles. ». Hervé Raoul Mba s’est tout de même illustré en remportant les maillots du meilleur Africain et du meilleur Camerounais. Le coureur de SNH vélo club, qui a terminé 3e à 22s du vainqueur au classement général, aurait pu espérer davantage. Mais il a été victime d’une panne mécanique à moins de 10km de l’arrivée alors qu’il était virtuellement maillot jaune.
Au plan organisationnel, il y a eu peu de couacs, même si on peut regretter le fait que tous les véhicules de la caravane ne disposaient pas de Radio Tour pour suivre en temps réel la compétition. La course est classée 2.2 dans la nomenclature de l’UCI. Cela signifie qu’il s’agit d’une course à étapes où on peut engager une série d’équipes nationales, continentales et des clubs. Neuf équipes en provenance de France, de Slovénie, de Côte d’Ivoire, du Rwanda, du Maroc et du Cameroun étaient engagées, cette année, pour un peloton constitué d’une cinquantaine de cyclistes.

Source : © Cameroon Tribune

Par Steve LIBAM

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz