Cameroun : Le gouvernement présente un budget 2016 en hausse

Alamine Ousmane Mey projetait 4249,8 milliards de F CFA lors du conseil de cabinet du 29 octobre. | Photo d'archives
Alamine Ousmane Mey projetait 4249,8 milliards de F CFA lors du conseil de cabinet du 29 octobre. | Photo d’archives

Le budget 2016 du Cameroun révélé aux parlementaires est supérieur de plus de 488 milliards à celui en cours d’exécution, il est attendu à 4234,7 milliards de F CFA.

Le président Paul Biya a finalement été moins enthousiaste que le ministre des Finances à propos du budget 2016 du Cameroun. Alamine Ousmane Mey projetait 4249,8 milliards de F CFA lors du conseil de cabinet du 29 octobre.

Lors de la présentation du programme économique et social du Cameroun et ses perspectives pour l’année prochaine, le Premier ministre Philémon Yang a dévoilé le montant retenu par le président : 4234,7 milliards de F CFA (6,45 milliards d’euros), en hausse de 488,1 milliards de F CFA (+13 %) par rapport au budget en cours d’exécution.

« Cet accroissement apparent se justifie notamment par l’optimisation du niveau de recettes traditionnelles attendues, auxquelles s’ajoutent les recettes issues des privatisations et de l’émission d’eurobonds », a déclaré Philémon Yang le 20 novembre devant le parlement.

Plan d’urgence

L’investissement public progresse de plus de 375 milliards, s’établissant à 1525,8 milliards de F CFA (36,04 % des dépenses). Une évolution qui tient en partie aux dépenses pour l’organisation de l’édition 2016 de la coupe d’Afrique des nations de football féminin mais surtout à la mise en oeuvre du plan d’urgence triennalpour lequel le pays vient de lever son premier eurobond.

 Annoncé à 750 milliards de F CFA, l’eurobond du Cameroun a été finalement de 750 millions de dollars (462,67 milliards de F CFA), émis au taux de 9,5 % pour une maturité de 10 ans. Son principal sera amorti en en 2023, 2024 et 2025.

Train de vie

Le budget de fonctionnement du Cameroun est en baisse de 178,7 milliards de F CFA, traduisant une diminution du train de vie d’un l’État confronté certes aux assauts de Boko Haram mais qui doit tenir compte de la chute des cours du brut.

Les recettes pétrolières s’élèvent à 397,2 milliards de F CFA, celles non-pétrolières sont attendues à 2469,3 milliards (58,3 %). Le gouvernement escompte 120 milliards de la cession de participations publiques et 250 milliards sous forme d’emprunts bancaires.

Le gouvernement camerounais a maintenu les hypothèses de croissance et d’inflation à 6 % et 3 % respectivement, qu’il juge du reste « réalistes » sans pour autant communiquer le cours du baril retenu.

Source : © Jeune Afrique

Par Omer Mbadi

  • mbarga

    c’est une bonne chause car au fure et à mesure que les années passent, les besoins se font ressentir, l’Etat a besoin de se developper, realiser tous ses
    projets avant 2035 car c’est le
    grand defis du gouvernement