Cameroun – Gouvernance: des militaires débarquent dans un journal à la recherche du patron et d’un journaliste – 01/05/2014

Au Cameroun, le trihebdomadaire privé Aurore Plus annonce que sa salle de rédaction a reçu la visite d’un groupe de militaires conduits par le lieutenant de vaisseau Ekotto Gérald Thierry, chef du bureau des enquêtes et recherches à la Sécurité militaire (Sémil), antenne régionale du Littoral à Douala, la capitale économique. Ils ont fait irruption dans les locaux du journal le 29 avril 2014, alors que la rédaction s’apprêtait à tenir sa conférence.

« De manière autoritaire », les militaires ont demandé à voir le directeur de la publication, Michel Michaut Moussala, et le journaliste Barthélemy Nzock. Le communiqué rapporte les propos du lieutenant de vaisseau Ekotto Gérald Thierry venu « entendre le DP et interpeller manu militari le journaliste Barthélémy Nzock ». Le militaire a exigé d’être mis en contact téléphonique avec le patron à qui il a demandé de se présenter à la Sémil en compagnie de son collaborateur Barthélemy Nzock. La raison de cet incident c’est la grande une de l’édition du journal de ce 29 avril : « 2è Région Militaire – Disparition des armes au Tribunal militaire de Douala ». D’après l’Armée, le journaliste Barthélemy Nzock a écrit sur une affaire confidentielle.

Le journal observe qu’il y a eu violation du principe d’inviolabilité des salles de rédaction, garanti par la loi sur la liberté de communication sociale au Cameroun. D’autant plus que directeur de la publication et son journaliste ne sont pas convoqués pour une information fausse. Aurore Plus s’indigne « des méthodes de la Sémil pour étouffer des vérités qui fâchent ».

Le Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) a condamné l’attitude de l’Armée, rappelant que dans la nuit du 24 au 25 avril dernier, « un attentat à la voiture piégée » a été perpétré contre son vice-président, Denis Nkwebo, par ailleurs rédacteur en chef adjoint au quotidien privé Le Jour.

Pour rappel, le Cameroun célèbre ce 3 mai, la Journée mondiale de la liberté de la presse sous le thème : « La liberté des médias pour un avenir meilleur : contribuer à l’agenda de développement post-2015 ».

Avec Agence Ecofin