Cameroun – Gicam : 2015 a été une année difficile pour les entreprises selon un rapport d’André Fotso

André Fotso, président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) | DR
André Fotso, président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) | DR

Bilan dressé hier, 17 décembre, lors de l’assemblée générale du Gicam tenue à Douala.

Pour la grande majorité des entreprises, « 2015 aura été une année aussi difficile que la précédente ». Propos contenus dans le rapport moral du président du Gicam, André Fotso, et rendus publics hier, 17 décembre, lors de l’assemblée générale ordinaire du groupement tenue en son siège à Douala. L’année qui s’achève aura été marquée, rappelle le Gicam, « par des chocs conjoncturels dont la chute prononcée des cours mondiaux du pétrole qui plombe les recettes de l’Etat ». La situation à l’Extrême-Nord n’a pas été pour arranger les choses.

Certes, quelques secteurs se sont bien comportés, observe le Gicam : les bâtiments et travaux publics, les services financiers (banque et assurance), le commerce général, la téléphonie mobile, etc. Au final, « la croissance du Pib devrait à nouveau avoisiner les 6% » au Cameroun. Pas assez, estime le groupement patronal, qui souligne, une fois de plus, l’urgence d’un sursaut en termes de réformes structurelles « pour espérer réaliser nos objectifs d’émergence dans les délais annoncés ».

Au cours de l’Ag d’hier, les préoccupations des chefs d’entreprises ont également été soulevées : elles portent essentiellement sur l’environnement global des affaires. S’appuyant sur le dernier Doing Business, le Gicam relève que notre pays « figure désormais parmi les 20 économies considérées comme étant celles où il est le plus difficile de développer des affaires ».

L’année a été également difficile pour les entreprises en raison de quelques autres facteurs : baisse d’activités, fortes tensions de trésorerie, persistance d’une forte concurrence déloyale des importations et du secteur informel, les problèmes d’énergie, les obstacles à l’exportation dans la sous-région.

Dans un tel contexte, le Gicam relève pour l’apprécier à sa juste mesure la dynamique de concertation entre l’administration fiscale et les groupements socio-professionnels cette année, notamment autour de l’élaboration de la loi de finances 2016. Selon André Fotso, « ce texte a pu évoluer positivement en prenant en compte plusieurs alertes exprimées par notre groupement ».

Pour en revenir aux performances de l’économie, comment les améliorer pour les exercices à venir ? Le Gicam a réitéré quelques propositions : l’aboutissement de la loi sur les zones économiques et la publication rapide de ses textes d’application ; l’implication à 40% au moins des entreprises nationales dans la réalisation des grands chantiers ; l’intensification de la lutte contre la concurrence déloyale et l’adoption de mesures de protection de notre jeune industrie, l’accélération des procédures pour une libre circulation effective des personnes et des biens en Afrique centrale, etc.

Les travaux de ce 17 décembre ont enregistré la participation du ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, qui a notamment décerné des médailles d’honneur du Travail à des employés-maison.

Source : © Cameroon Tribune

Par Alliance NYOBIA