Cameroun – Gestion des hôpitaux : les administrateurs de santé publique ignorés par leur ministère utilisateur

André Mama Fouda, Ministre Camerounais de la Santé Publique | DR
André Mama Fouda, Ministre Camerounais de la Santé Publique | DR

Les administrateurs de santé sont une catégorie de fonctionnaires recrutés et formés pour la gestion et l’administration des formations sanitaires. Dans les faits, ils ne sont pas nombreux à occuper les fonctions pour lesquelles ils sont aptes.

Abdoul Aziz est un jeune diplômé de l’école nationale d’administration et de magistrature ENAM de Yaoundé au Cameroun. Le jeune homme est sorti de l’école il y’ quelques années il est en service au ministère de la santé publique. Il n’a jamais occupé de poste dans une formation sanitaire. Les récents scandales dans les formations sanitaires viennent mettre en lumière ce type de personnel qui devrait en principe prendre en charge la gestion administratives des hôpitaux et autres centre de santé.

Le décret n°2001/145 du 3 juillet 2001 portant statut particulier des fonctionnaires des corps de la Santé publique, souligne dans son article 3 alinéa 6 : « Les fonctionnaires du corps de l’administration de la Santé publique sont chargés de l’administration et de la gestion des structures de la santé publique ». Alors quel est le problème pourquoi ces fonctionnaires ne sont-ils pas utilisés comme l’indique le texte régissant les personnels du corps de la santé au Cameroun ?  Selon un médecin responsable d’un hôpital public de la ville de Yaoundé, il y’a d’abord la pratique : « les administrateurs de santé sont une catégorie de personnels dont la formation a été lancée depuis seulement quelques années, dans la pratique se sont toujours les médecins qui ont assuré la gestion administratives des formations sanitaires et cela sans problèmes particuliers pourquoi cela doit changer aujourd’hui ? En plus dans l’évolution de sa carrière un médecin ne peut–il pas légitimement aspirer à des postes de responsabilités ? ».

Dans l’esprit du législateur l’instauration d’une catégorie de personnels chargée de l’administration des formations sanitaires visait à garder les médecins à des postes liés uniquement à la pratique de la médecine. Le décret n°2001/145 du 3 juillet 2001 portant statut particulier des fonctionnaires des corps de la Santé publique est clair à ce propos dans son article 3 alinéas 1 : « Les fonctionnaires du corps des médecins posent les actes médicaux et les actes subséquents ». Logiquement, les médecins au Cameroun ne devraient pas se retrouver à la tête des hôpitaux à faire à la fois de la médecine et de l’administration. Au ministère de la santé publique.  Un haut responsable nous fait savoir sous anonymat que : « les nominations sont discrétionnaires au Cameroun. La formation ne garantit pas le poste encore moins la compétence. Les administrateurs de santé sont des fonctionnaires mis à la disposition du ministère. C’est donc le ministre qui décide de leur utilisation il ne faut pas faire d’amalgame. Le Cameroun forme suffisamment de médecins. Le ministère en recrute régulièrement.  Le problème véritable se situe au niveau du traitement salarial.  Un médecin qui gagne moins de 200.000 Fcfa par mois se retrouve obligé de cumuler plusieurs postes dans le privée pour joindre les deux bouts c’est pourquoi on a l’impression qu’ils sont absent des hôpitaux publics. Les quelque uns qui gèrent les hôpitaux sont tenu d’exercer la médecine. Le problème est ailleurs non seulement il faut recruter plus de personnels sanitaire mais il est impératif de revoir les conditions salariales». Précise notre source.

© CAMERPOST par Hakim ABDELKADER