Cameroun – Gaz domestique : 2000 bouteilles SCTM en vente

Le gaz domestique SCTM réapparaît timidement sur les étals des dépôts, après deux mois de pénurie | DR
Le gaz domestique SCTM réapparaît timidement sur les étals des dépôts, après deux mois de pénurie | DR

La vente spéciale initiée par le ministère du Commerce vise à résoudre le problème de disponibilité de ce produit.

La longueur de la file d’attente témoigne de l’ampleur du besoin. Cela fait plusieurs semaines que les consommateurs de gaz n’ont pas pu échanger leur bouteille SCTM vide contre une pleine. Ils étaient nombreux hier à la délégation régionale du ministère du Commerce pour le Centre où s’est tenue une vente spéciale visant à résoudre le problème de disponibilité du gaz SCTM à Yaoundé. 2000 bouteilles ont été sorties de la Société des dépôts pétroliers (SCDP) pour la cause. Ici, la bonbonne s’est vendue au prix homologué de 6500 F, le plus important étant, selon le délégué régional, Alain Romuald Ombede Nama, « de se rassurer de la disponibilité et de la fiabilité des bouteilles vendues, lesquelles ne présentent pas de risque de siphonage ».

Quelque temps déjà que les bouteilles de gaz SCTM ont disparu de la circulation et plusieurs ménages en paient les frais. Bertrand Moungnime, assureur, venu se ravitailler à la délégation, est prêt à y passer le temps qu’il faudra pour rentrer avec une bouteille pleine. « J’ai fait un mois et demi sans avoir de gaz SCTM. Ayant entendu parler de la vente spéciale, je suis sorti de mon bureau pour récupérer ma bonbonne de gaz à la maison à Oyom-Abang et j’en suis déjà à 1h 30 mn d’attente au vu du monde qu’il y a ». Dans cette file indienne, Mme Tabah, restauratrice, prend elle aussi son mal en patience. « Cela fait deux semaines que je n’ai pas de gaz. Entre-temps je préparais au feu de bois et au charbon. Heureusement mon livreur de gaz m’a informée de cette vente ».

Depuis mai 2016, la SCTM rencontre des difficultés dans la distribution de son gaz. Les problèmes internes de l’entreprise l’empêchent d’honorer ses engagements vis-à-vis de son fournisseur de gaz Tradex. « La SCTM n’a pas pu s’acquitter de ses dettes envers son fournisseur dans les délais, ce qui a entraîné un refus de Tradex de lui livrer de nouveau du gaz », explique Alain Romuald Ombede Nama. Le délégué régional tient à préciser que cela ne signifie pas qu’il y a pénurie de gaz à Yaoundé. « Si la demande reste forte après l’écoulement de ce stock de 2000 bouteilles, nous organiserons une nouvelle vente dans les jours qui suivent », promet le délégué.

Source : © Cameroon Tribune

Par Marilyne NGAMBO TCHOFO