Cameroun – Fraude à la Simbox : Plus de 6 millions de puces suspendues entre 2014 et 2015 par les opérateurs de téléphonie mobile

La fraude sur la Simbox menace la sécurité de l’Etat camerounais | Illustration/Archives
La fraude sur la Simbox menace la sécurité de l’Etat camerounais | Illustration/Archives

Au cours des deux dernières années, les opérateurs de la téléphonie en activité sur le territoire camerounais ont dû suspendre environ 6 millions de puces téléphoniques jugées «suspectes», a-t-on appris au cours d’une récente rencontre sur les conséquences économiques de la fraude à la Simbox au Cameroun.

En effet, a-t-on appris, les fraudeurs à la Simbox ont besoin d’avoir plusieurs puces téléphoniques pour mettre en place un système de détournement des appels émis depuis l’étranger, afin de les faire passer pour des appels locaux. «Nous avons retrouvé dans la base des opérateurs, des personnes qui enregistraient 100 voire 200 puces avec une même Carte nationale d’identité et cela suscitait des interrogations», a récemment confirmé Thomas Marcellin Manyanye, sous-directeur des systèmes d’information à l’ART, le régulateur des télécoms dans le pays.

Afin de mettre un terme à cette multiplication des cartes Sim par individu, un décret signé le 3 septembre 2015 par le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, fixe à 12 le nombre maximum de puces pouvant être détenues par un même abonné, et interdit purement et simplement la vente des puces téléphoniques dans les rues.

Ces nouvelles dispositions, non seulement renforcent le dispositif d’identification des abonnés au téléphone dans le pays, mais aussi participent visiblement à lutter contre la fraude à la Simbox, phénomène qui a officiellement fait perdre aux opérateurs de téléphonie et à l’Etat camerounais environ 22 milliards de francs Cfa depuis le début de l’année 2015.

Source : © Investir Au Cameroun

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz