Cameroun – Formation à la conduite: plus de 154 auto-écoles clandestines – 04/11/2014

Robert Nkili, Ministre camerounais des Transports. Photo d'archives
Robert Nkili, Ministre camerounais des Transports. Photo d’archives

Les conclusions d’une enquête conduite par le Ministère des transports révèlent que sur 442 structures de formation à la conduite, plus de 154 évoluent en marge de la norme.

442 auto-écoles ont été recensées lors de cette enquête. 102 sont conforme aux textes, 162 ont des autorisations mais ne remplissent pas les conditions d’ouverture, 154 évoluent dans l’illégalité. Ces conclusions ont été présentées au public par le Ministre camerounais des transports Robert Nkili au cours d’une récente concertation avec les professionnels de la formation à la conduite. De l’avis du ministre, il est urgent d’assainir le secteur mais surtout de le moderniser. C’est pourquoi il a décidé de suspendre l’octroi des autorisations de création des auto-écoles pour une période d’un an. Ce délai devrait permettre aux structures existantes de se conformer à la loi. Lors des échanges, il a été noté que certaines auto-écoles proposent une formation au permis internationale, mais dans les faits, ces auto-écoles ne disposent pas des équipements nécessaires. Le constat est identique pour celles qui proposent le permis pour les poids lourds.

L’option proposée par le Ministère des transports est la création des centres de formations à la conduite automobile. Pour Robert Nkili, les centres devraient disposer non seulement de l’équipement nécessaire, mais aussi de suffisamment d’espace pour les leçons pratiques.

De leur côté, les professionnels et propriétaires des auto-écoles ont dénoncé le fait que de nombreuses personnes détiennent des permis de conduire sans jamais avoir été dans une auto- école. Pour eux, il y’a un réseau de faux permis de conduire logé au sein même du ministère des transports. Robert Nkili estime que chacun des acteurs doit jouer son rôle, en attendant aucune auto-école déjà ouverte ne sera fermée. Celles qui évoluent ne marge de la loi doivent se conformer.

© CamerPost – Hakim ABDELKADER

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz