Cameroun : Le FMI pour « des politiques résolues » sur le budget et la dette

Le FMI pour «des politiques résolues» sur le budget et la dette du Cameroun | Crédit photo : Saul Loeb – AFP

Le Fonds monétaire international (FMI), dans une déclaration rendue publique jeudi, a appelé le Cameroun à adopter « des politiques résolues » sur le plan budgétaire et de la gestion de la dette afin de préserver sa stabilité macroéconomique.

Dans sa déclaration publiée à l’issue de sa mission effectuée du 20 février au 6 mars 2017 et destinée à conclure un programme économique triennal jusqu’en 2019, le FMI estime également que « des mesures structurelles ambitieuses sont essentielles pour doper l’investissement privé et accompagner une croissance inclusive ».

L’économie camerounaise, reconnaît l’institution financière, a certes réussi à résister à la chute des cours des matières premières, aux menaces sécuritaires dans le bassin du lac Tchad et aux troubles civils en République centrafricaine ayant eu des retombées négatives sur la situation extérieure et budgétaire,

En dépit d’une croissance économique relativement robuste, le FMI attire l’attention des autorités sur la situation de la dette publique, qui s’est considérablement alourdie ainsi que les marges de manœuvre extérieures et budgétaires qui se sont sensiblement amenuisées.

Les perspectives économiques à moyen terme restent positives, car le Cameroun jouit d’une économie relativement diversifiée, mais lesdites perspectives « sont tributaires de la mise en œuvre continue de politiques destinées à accroître les recettes intérieures non pétrolières et à rationaliser les dépenses, tout en préservant les crédits en faveur de la croissance et de la protection des populations pauvres ».

Le FMI insiste sur l’adoption de politiques saines et prudentes de gestion de la dette, appréciant déjà le « pas important » fait par le pays à travers la Loi de finances 2017, encourage les autorités à continuer d’élargir l’assiette fiscale non pétrolière et d’accroître l’efficience de la dépense, notamment en accordant la priorité aux dépenses d’investissement présentant le plus de dividendes de croissance.

Une délégation camerounaise est attendue dans les prochains jours à Bretton Woods, en vue de parachever les accords et de parvenir à un terrain d’entente sur l’ensemble des politiques économiques et financières devant constituer la base d’un programme économique appuyé par le FMI.

Le programme économique triennal a été décidé à l’issue d’un sommet tenu le 23 décembre dernier à Yaoundé, lorsque les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont souligné la nécessité de mener un travail résolu et concerté destiné à préserver la stabilité macroéconomique dans la région.

Les dirigeants de la sous-région ont ainsi annoncé l’ouverture des discussions avec le FMI, mais aussi d’autres partenaires techniques et financiers pouvant contribuer à la résolution des défis économiques de la zone en butte à une conjoncture difficile et à la menace terroriste.

© CAMERPOST avec © APA