Cameroun : Fin de la grève au Chantier naval et industriel

Fin de la grève au Chantier naval et industriel du Cameroun | Photo d'illustration
Fin de la grève au Chantier naval et industriel du Cameroun | Photo d’illustration

Le mouvement d’humeur observé par les employés du Chantier naval et industriel du Cameroun (CNIC) depuis trois jours, a pris fin avec la reprise des activités ce samedi a-t-on constaté sur le site de cette entreprise publique située aux encablures du port de Douala.

Les salariés qui demandaient, entre autres, les meilleures conditions de travail et le paiement de « plusieurs mois » d’arriérés salaire ont mis fin à leur mouvement suite au déblocage de plus de 900 milliards de FCFA par les pouvoirs publics pour régler certains de leurs revendications.

Sur le site du CNIC, le déploiement des forces de sécurité a été réduit, les responsables ne craignant plus que des grévistes s’en prennent aux installations.

D’après des témoignages concordants, les plans de relance et de restructuration mis en place par les pouvoirs publics au cours des dix dernières années ont tous échoué, plongeant le CNIC dans une profonde crise structurelle.

Fleuron de l’industrie navale en Afrique subsaharienne au début des années 2000 car assurant la quasi-totalité des travaux de maintenance et de réparation des plates formes pétrolières et des navires de l’Angola au Nigeria en passant par l’Afrique du Sud, le CNIC est devenu l’ombre de lui-même cette dernière décennie.

Conséquence, le chiffre d’affaires est passé de 42 milliards de FCFA à moins de 10 milliards de FCFA au cours des dernières années.

© CAMERPOST avec © APA