Cameroun : La FIFA annule la réunion avec les protagonistes de la crise à la FECAFOOT

La FIFA annule la réunion avec les protagonistes de la crise à la FECAFOOT (officiel)

La Fédération internationale de football association (FIFA) «a décidé d’annuler la réunion du 7 juin 2017» à Zurich (Suisse) entre les protagonistes de la crise à la Fédération camerounaise de la discipline (FECAFOOT), selon un communiqué dont APA a reçu copie jeudi.

L’instance mondiale, qui fait également état d’un report «à une date ultérieure, à savoir le 7 août 2017», justifie cette posture par la difficulté invoquée par des personnes convoquées à cette réunion à obtenir un visa d’entrée en Suisse dans un délai de trois semaines.

«Nous vous ferons parvenir de nouvelles lettres d’invitation, à présenter au besoin à l’ambassade suisse au Cameroun», précise la correspondance signée du directeur des associations membres et du développement pour l’Afrique et les Caraïbes, Véron Mossengo-Omba.

La réunion de conciliation de Zurich devrait réunir autour d’une table, en dehors des dirigeants de la FIFA, les responsables de l’exécutif de la FECAFOOT qui seront face à Abdouraman Hamadou, Akoe Domingo, John Balog, Joseph Antoine Bell et Nkou Mvondo, dirigeants respectifs d’Etoile filante de Garoua, Jeunesse Star, Authentic FC, Bandjoun FC et Ngaoundéré FC. Ils contestent aux dirigeants fédéraux leur légitimité à conduire aux destinées de l’instance.

La FIFA, qui dit craindre «un risque de crise qui pourrait éclater à tout moment», prône en effet «une collaboration indispensable», estimant «nécessaire de prendre des mesures afin d’anticiper tout risque qui pourrait mettre en danger le bon fonctionnement de l’administration du football camerounais».

Ayant manifestement de plus en plus de mal à cacher son agacement, sur un dossier à rebondissements et qui commence à durer, la secrétaire générale de l’instance mondiale, Fatma Samoura, a récemment indiqué que l’instance faîtière n’hésiterait pas à prendre ses responsabilités, «si cela est nécessaire», et «imposera des mesures adéquates» à tous.

Selon une sentence rendue le 12 novembre 2015 par la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC), Tombi à Roko Sidiki «n’a pas qualité pour agir et ou représenter» la FECAFOOT «dans divers actes de la vie courante et civile».

Cet arrêt, rappelle-t-on, avait aussi annulé l’ensemble du processus électoral organisé à la fédération jusqu’à l’élection du bureau exécutif, le 28 septembre 2015.

En fin février dernier, le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse) avait à son tour invalidé l’élection à la présidence de la FECAFOOT de Tombi à Roko Sidiki, précisant toutefois qu’il appartenait désormais à Abdouraman Hamadou Babba, tête de file des frondeurs, de faire appliquer ladite annulation par le gouvernement camerounais.

Le plaignant, en attendant l’issue d’une autre procédure contre la FIFA visant le même objet, avait décidé de contester cette sentence devant le Tribunal fédéral suisse, dans la mesure où il s’estime «dans une configuration qui autorise la saisine de ce tribunal en dernier ressort».

© CAMERPOST avec APA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz