Cameroun – Fête du ramadan : la région de l’Extrême-Nord sous haute surveillance

la région de l’Extrême-Nord sous haute surveillance | © AFP / BRAHIM ADJI / Archives
La région de l’Extrême-Nord sous haute surveillance | © AFP / BRAHIM ADJI / Archives

Selon des informations, les mosquées et les lieux à forte concentration sont quadrillés depuis plusieurs jours par les forces de défense nationale.

Limiter les attaques de Boko Haram durant la célébration de cette fête chez les fidèles musulmans, permettre à toutes les populations de la région de l’extrême Nord et ses environs de passer les fêtes en toute quiétude.  Voilà les objectifs visés par les autorités administratives politiques et militaires de la région de l’Extrême Nord du Cameroun en cette veille de fête de ramadan.

Selon les riverains de cette partie du triangle national, la sécurité a été renforcée dans cette partie du pays depuis bientôt une semaine. Les marchés, les supermarchés, les quartiers populeux, les bureaux administratifs, les mosquées, les églises et autres lieux à forte concentration humaines bénéficient d’une attention particulière. Des éléments des forces de défense nationale sont postés de jours comme de nuit aux alentours de ses édifices. « Des grands carrefours où les populations se retrouvent souvent le soir pour échanger et passer du bon temps sont également sous surveillance des forces de l’ordre. A Maroua où   je suis le couvre-feu est fixé à 22h. Tous les débits de boisson et autres points chauds son fermés à partir de cette heure-là. Il n’y a pas de demi-mesure », affirme un habitant de la ville de Maroua sous anonymat. Celui-ci affirme d’ailleurs que cette mesure prise n’est pas seulement appliquée dans la capitale de la région de l’Extrême-Nord. Elle est faite dans toute la région et les villages environnants.

En plus des patrouilles mixtes des forces de l’ordre et de défense multipliées dans toute la région, l’on signale aussi la présence des agents des renseignements généraux dans toute la région, la présence des militaires en civil pour rassurer les populations de cette région du Cameroun en proie aux attaques de Boko Haram.

Communiqué

Selon des informations, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord a publié il y a quelques jours un communiqué informant les populations sur les conditions sécuritaires à respecter pendant la célébration du Ramadan. A côté de la fouille systématique des femmes et des hommes avant et à la sortie de la mosquée, les fidèles musulmans ont été invités à rejoindre plus tôt que prévu les mosquées. Car, à partir de 8h, toutes les routes principales menant aux différentes mosquées seront fermées. « Le gouverneur a demandé que tous les fidèles soient à la mosquée au trop tard à 7h 55 puisque à partir de 8h, les routes seront fermées.  Les lieux de cultes seront aussi sous haute sécurité. Des forces de l’ordre vont aussi fouiller tout le monde avec les détecteurs des métaux », nous confie au téléphone un habitant de Fotokol.

Selon des informations, toutes les moquées du septentrion sont sous haute surveillance depuis plus d’une semaine. « Devant les mosquées, il y a   des gens qui sont présents civil depuis six jours ils sont là et se confondent même aux populations. On a même déjà peur », affirme un habitant de la ville de Maroua. D’après ce dernier, « il y aura deux fouilles systématiques à l’entrée et à la sortie des mosquées durant la célébration du Ramadan ».

Attaque

Suivant des informations de source concordante, la dernière attaque de Boko Haram du 30 juin 2016 dernier ayant fait plus de 10 morts serait à l’origine les mesures sécuritaires prises dans la région de l’Extrême-Nord. Ce jour-là, apprend-on, un kamikaze s’est fait exploser dans la nuit à Djakana, une ville située à la frontière du Nigeria. Sur le coup, sept personnes sont mortes, dont le kamikaze. Quatre blessés ont ensuite succombé à leurs blessures, quelques heures après.

Source : © La Nouvelle Expression

Par Hervé Villard Njiélé

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz