Cameroun – Fête nationale : La sécurité sera assurée autour du 20 mai 2016

Le Président de la République, S.E. Paul BIYA,  à la 43ème édition de la Fête Nationale du Cameroun | © PRC
Le Président de la République, S.E. Paul BIYA, à la 43ème édition de la Fête Nationale du Cameroun | © PRC

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense a tenu une réunion de haut niveau hier pour examiner les mesures à mettre en place.

A un mois de la fête de l’Unité nationale et sur hautes instructions du chef de l’Etat, une concertation de haut niveau a eu lieu mercredi au ministère de la Défense sous la présidence de Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense (MINDEF).  L’ordre du jour se résumait en un point essentiel : le round up de la situation sécuritaire dans le pays. Toutes les autorités militaires en charge de la question dans les dix régions du Cameroun et dans les services centraux ont pris part à cette rencontre. Dans la salle, la présence du chef d’état-major des armées, celle du directeur de la sécurité présidentielle, du commandant du corps national des sapeurs-pompiers, entre autres ont été bien remarquées. Il en est de même des invités spéciaux : le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le délégué général à la Sûreté nationale, le directeur général de la Recherche extérieure.

Joseph Beti Assomo a présenté le contexte national et international dans lequel se déroulera la fête du 20 mai, édition 2016. Un contexte marqué par la recrudescence des attentats terroristes en Afrique et en Europe.

S’agissant particulièrement de Boko Haram, l’Extrême-Nord reste à ce jour la cible principale attaquée. D’autres métropoles n’en demeurent pas moins visées, même si les forces de défense veillent et confinent l’ennemi dans ses derniers retranchements.

La réunion d’hier, comme les autres moments de concertation stratégique, visait à prendre des précautions supplémentaires pour éviter des infiltrations des terroristes dans les autres parties du pays. Ces fauteurs de trouble sont avares des assemblées populaires pour avoir des effets criminels à grand impact.

En rappelant les victoires engrangées par les forces au front, le MINDEF a rassuré au sujet de la veille sécuritaire et de la vigueur de la riposte des forces de défense. La récente sortie vidéo de Abubacar Shékau, présentant une physionomie chétive et appelant ses éléments à déposer les armes de même que les transfuges annoncés au Niger ne suffisent pas pour baisser la garde. « Pas question de s’endormir » a martelé Beti Assomo. D’ailleurs, un cercueil saisi au Nigeria, contenant des armes et des munitions sont autant d’indices confirmant que l’ennemi reste d’attaque.

Pour garantir une fête nationale en toute sécurité, il est question de trouver des solutions contre la porosité des frontières, le grand banditisme et le rapt du bétail, la sécurisation des zones sensibles comme les camps des réfugiés, les effets pervers des réseaux sociaux, etc.

Des exposés des responsables de sécurité dans les dix régions du Cameroun ont été suivis des échanges assortis de recommandations à soumettre à l’attention du président de la République. La réunion de mercredi était la deuxième du genre après celle du 08 décembre 2015 dans la perspective des fêtes de fin d’année.

Source : © Cameroon Tribune

Par Jeanine FANKAM